sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures de Claude Lanzman
Avec : Claude Lanzman et Yehuda Lerner
En 1979, alors qu’il tourne Shoah, documentaire fleuve sur l’Holocauste, Claude Lanzman découvre l’histoire d’un certain Yehuda Lerner, juif polonais ayant participé à la révolte du camps de Sobibor, la seule tentative de mutinerie couronnée de succès au sein des camps de la mort. Malheureusement, Lanzman n’avait pu intégrer cette séquence particulière au montage originel de Shoah. Persuadé de son intérêt, il a donc décidé de lui consacrer un film à part entière, alternant images de l’entretien avec des prises de vue actuels des lieux évoqués par Lerner.

Au bout de la nuit, la Liberté.

Pourquoi réaliser ce film vingt ans après Shoah ? Tout d’abord pour briser le cliché qui veut que les juifs se soient laissées massacrés par les allemands sans résistance. A cet égard, le film décrit minutieusement les préparatifs de la révolte tout en expliquant en quoi, ils étaient difficiles pour les juifs de se réapproprier la violence (Lerner n’avait que 16 ans au moment des faits, il n’avait jamais tue personne, comme le souligne la séquence d’introduction). De plus, Sobibor ne se contente pas de décrire l’horreur des camps en se focalisant sur le sort des déportés. Contrairement à Shoah, il s’agit d’un film sur le courage et la résistance, doublée d’une formidable ode à la vie. La séquence finale, chargée d’une forte intensité telle qu’elle scotche littéralement le spectateur sur son fauteuil, voit Claude Lanzman égrenait la liste de tous les convois de déportés (certains dont on ne peut chiffrer le nombre de victimes), une manière de suggérer que Yéhuda Lerner doit rester à nos yeux, celui qui a dépassé la mort et de rendre leur dignité aux nombreuses victimes. Son sourire énigmatique n’aura de cesse de marquer les esprits des spectateurs de ce témoignage admirable à tout point de vue.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)