sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Bleu Profond de Scott McGehee et David Siegel
Avec : Tilda Swinton, Goran Visnjic, Jonathan Tucker, Peter Donat, Raymond J. Barry
Margaret élève seule ses enfants dans une petite bourgade . Elle voit d’un très mauvais œil l’amitié de son fils avec le patron d’une boîte gay, cherchant vainement à l’en détourner. Au cours d’une dispute, l’amant se tue accidentellement, à l’insu de tous, sur le ponton de la maison familiale. Dans un réflexe protecteur, Margaret dissimule son cadavre mais bientôt, un séduisant maître chanteur vient frapper à sa porte. Il lui réclame 50 000 dollars en échange de la cassette des ébats de son fils et de la victime. Dès lors, Margaret qui ne peut trouver cet argent va tout faire, quitte à se sacrifier, pour sortir son fils de ce traquenard…

Il serait injuste de passer sous ce silence ce petit film noir diaboliquement efficace. Très proche de Hitchcock dans l’esprit, le film joue sur l’économie de moyens pour mieux oppresser le spectateur au fur et à mesure que le personnage incarnée par Tilda Swinton se jette à corps perdu pour protéger son fils. L’utilisation des décors et le jeu magistral de Tilda Swinton, totalement imprévisible, participent à cette mise en scène d’une Amérique ébranlée dans ses certitudes. Néanmoins, il manque aux deux réalisateurs la maîtrise des plus grands pour maintenir cette tension jusqu’au bout, les sentiments naissant de cette mère délaissée pour le maître chanteur court-circuitent quelque peu la dynamique de l’intrigue. Mais cette « faute de goût » ne saurait enrayer la terrible mécanique de cet excellent polar.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)