sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Autour de Alejandro Amenabar : Tésis de Alejandro Amenabar
Avec : Ana Torrent, Eduardo Noriega, Fele Martinez, Miguel Picazo
Angela, étudiante en cinéma, prépare une thèse sur la violence dans le domaine de l’audiovisuel sous la tutelle du professeur Figuero. Dans une salle de projection elle retrouve ce dernier, mort après avoir visionné une cassette empruntée à la vidéothèque interdite de l’université. Affolée, elle dérobe la cassette et la regarde en compagnie de Chema, un étudiant fan de hard-rock et de films d’horreur qui lui révèle qu’il s’agit en fait d’un snuff-movies qui met en scène la torture et la mort en direct d’une élève portée disparue. Elle décide alors, avec l’aide de Chema, de mener une enquête qui va les conduire à la découverte d’un trafic de snuff-movies réalisés dans l’enceinte même de leur faculté…

La mort en direct

Ce film de 1996, premier long métrage d’Alejandro Amenabar (Ouvre les yeux et plus récemment Les Autres), réalisé avec peu de moyens,plonge le spectateur dans un univers particulier où il est tiraillé entre l’angoisse produite par l’intrigue et la fascination du thème de la mort en direct. Un des atouts principaux de la réussite du traitement de ce thème, de sa crédibilité, réside dans le choix d’acteurs quasiment inconnus lors de sa sortie en salle. En outre le spectateur peut facilement se projeter dans l’un des trois protagonistes principaux qui constituent chacun un mode de comportement humain face à un sujet de cette nature : le refus puis la découverte(Angéla), la tentation (Chema) et l’accomplissement (Bosco) tous trois liés par un dénominateur commun : l’attrait de la transgression.

Un film troublant malheureusement méconnu qui mérite d’être considéré à sa juste valeur : un des plus réussi du genre, tout au moins en ce qui concerne le traitement du sujet et l’interprétation des acteurs : Ana Torrent et Eduardo Noriega sont étonnants de vérité. On pourra trouver à redire à la qualité des prises de vues mais il est permis de penser qu’avec des moyens plus conséquents le film aurait peut être perdu de son authenticité et de son charme.

Cependant à ne pas mettre entre toutes les mains !
Lylyth 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)