sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Les Blessures assassines de Jean Pierre Denis
Avec : Sylvie Testud, Julie-Marie Parmentier, Isabelle Renault, François Levantal, Dominique Labourian
Le Mans 1934. Léa et Christine Papin assassinent leur patronne, Madame Lancelin et sa fille…

Le film de Jean Pierre Denis commence par une pompeuse reconstitution d‘époque de la ville du Mans dans l‘entre deux guerres. Plutôt conventionnelle, cette première partie n‘en demeure pas moins très intéressante dans la mesure où le réalisateur rend parfaitement le vice qui flotte dans l‘atmosphère et qui annonce les années noires de la collaboration. Surtout, il s‘attarde dès le début sur le personnage de Christine Papin, la fixant à travers les souffrances morales et physiques qu‘elle endure.

Ce qui demeure remarquable dans ce film, c‘est que le réalisateur ne cherche pas à donner de réponse toute faite. Il n‘y a aucun mobile apparent qui vient justifier la sauvagerie de l‘assassinat des Lancelin. On ne peut pas choisir vraiment parler de crime social tant les deux sœurs restent des personnages énigmatiques et insaisissables. Par ailleurs, leur homosexualité, parfaitement assumée à l‘écran n‘apparaît que comme la réponse à un monde particulièrement hostile, une manière de se protéger mais aussi de se mettre à l‘écart de la société. Servie par les compositions hallucinées de Sylvie Testud et Julie-Marie Parmentier, Les Blessures Assassines est une oeuvre belle, violente et parfaitement maîtrisée.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)