sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Le Principe de l'Incertitude de Manoel de Oliveira
Avec : Manoel de Oliveira avec Leonor Baldaque, Leonar Silveira, Isabel Ruth, Luis Miguel Cintra, Ricardo Trepa
Les démons à ma porte.

Au premier abord, le dernier film de Manoel de Oliveira ressemble à l’exposition de cruels arrangements familiaux dans le prolongement direct de la comédie humaine de Balzac. Le principal atout du film réside justement dans cette apparente trivialité qui cache une œuvre d’une richesse et d’une maîtrise insoupçonnée…

Manoel de Oliveira observe depuis les bords du fleuve Douro les travers d’une famille bourgeoise. Camilla dont la fortune familiale a périclité se résout à épouser Antonio Matos Clara, un riche héritier qu’elle n’aime pas. Il lui préfère un amour de jeunesse, la troublante Vanessa, femme de mauvaise réputation qui possède en sous mains des maisons de passes. Cette union contrarie aussi Jose Luciano, amoureux éconduit de Camilla, élevé avec elle et Antonio, par Celsa, sa mère, la gouvernante du domaine des Matos Clara…

Le cinéaste portugais orchestre ici avec lucidité et pessimisme une ronde de mauvais sentiments dictés par l’hypocrisie d’un ordre perverti puisque Antonio est aussi le fils de Celsa et que cette dernière l’a substitué à la naissance du fils de sa maîtresse, mort né. Manoel de Oliveira se moque de personnages arrogants qui pensent qu’ils maîtrisent leur destin alors qu’il n’en est absolument rien, ce que souligne le côté théâtral de la mise en scène.

Il joue aussi sur l’opposition entre les deux héroïnes d’où deux portraits de femmes saisissants par la capacité du maître à inverser l’échelle des valeurs. Là encore la théâtralité de la mise en scène sidère mais se révèle un choix des plus judicieux, notamment lors des joutes verbales entre Vanessa et Camilla. La naïveté de cette dernière, et « sa capacité à aller au delà de la souffrance », (puisqu’elle subit les humiliations de son mari et de sa maîtresse.) en font paradoxalement un être redoutable et déterminé, celle dont les prières adressées à Jeanne d’Arc déchaînent le feu des Enfers. Superbe.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)