sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Horizons Lointains : Adresse inconnue de Kim Ki-Duk
Avec : Kim Yong-Min Yang Dong-Kun Pan Min-Jong Bang Eun-Jin Cho Jae-Hyun Myung Gye-Nam
Dans en village, en pleine campagne de la Corée du Sud, Chang-Guk effectue avec l'ancien petit ami de sa mère le travail pénible de délivrer de la viande de chien. Chang-Guk est né d'une mère coréenne et d'un père noir américain, Marine du camp militaire installé à proximité du village ou se situe l'action. Ce père a abonné voilà des années fils et mère. Depuis tous deux vivent à l'écart dans un bus. Elle est traitée de trainée, lui de bâtard. Chang-Guk pense ne pas avoir d'autres choix que de travailler durement sous les coups et les insultes. Il n'a qu'un ami qui est aussi fluet que lui est fort. Cet ami est amoureux d'une jolie fille borgne. Elle vit très mal cette infirmité qui selon elle l'enlaidit. Le reste du village est composé de quelques voyous, d'anciens soldats.

Adresse inconnue relate selon Kim Ki-Duk, l'histoire de coréens isolés, pauvres et à la vie difficile et supportant mal la présence américaine,les soldats étant perçus comme des bon gars lorsqu'ils contribuent à améliorer le quotidien et des violeurs lorqu'ils menacent, frappent les filles. Le métisse et la jeune fille borgne sont des figures que le cinéaste a cotoyées durant sa jeunesse.
Film dense où chaque personnage voit son histoire appronfondie, "Adresse inconnue" a ceci d'étrange qu'il parvient à être juste dans tous les registres: comédie, tragédie, érotisme, violence, peinture réaliste et fictionnelle. La drôlerie est typique d'un cinéma asiatique proche de Kitano ou de l'auteur de Yi-Yi: scènes comiques précédant ou suivant immédiatement des évènements noirs. La violence est omniprésente, les coups sont distribués également sur tous. Le cinéaste a beaucoup à dire et à montrer. Il le fait magiquement. Jamais de plans cartes postales inutiles, de sentiments déversés à la pesée. Objet de cinéma dont je ne saurai dire s'il s'inscrit dans une logique implacable et linéaire ou dans un tourbillon d'idées de souveniers juxtaposés idéalement. Sans temps mort et sans musique pathétique, ce film a ceci d'étrange qu'il me semble parfait.

PS Ce film a été projeté dans le cadre de l'étrange festival. Je l'ai vu à Strasbourg où la projection du film était précédée d'une présentation de l'auteur spécialement pour les spectateurs présents. Apparament ce film ne sortira pas en salles, les droits étant bloqués. Pourvu que les temps à venir fassent mentir cette annonce.
BSGD 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)