sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Tan de Repente de Diego Lerman
Avec : Tatiana Saphir, Carla Crespo, Veronica Hassan, Beatriz Thibaudin, Maria Merlino
Le bonheur est dans le pré.

Dans la vie des trois héroïnes de Tan de Repente, tout est question de preuve. Si Marcia rappelle sans cesse l'ex-homme sa vie, c'est parce qu'elle refuse de croire qu'il a refait sa vie sans elle. Si Mao emmène Marcia "voir la mer" c'est pour lui prouver que par amour pour elle, elle est prête à tout. Et que fait Lénine dans cette histoire? Elle emmène les deux autres femmes à Rosario chez sa tante pour renouer avec son passé.

Tan de repente fait se rencontrer deux mondes, celui de la petite bourgeoise mal dans sa peau et celui de deux amazones dans la jungle d'asphalte de Buenos Aires. Sous des faux airs d'histoire d'amour, de sexe, et d'amitié, les univers se confrontent, les portraits des protagonistes se succèdent.

Pourtant, de cette rencontre sous la forme de road movie, et de partie de campagne, rien où pas grand chose n'accouche. Le film de Diego Lerman est plutôt scolaire (le montage alterné du début confrontant la vie morne de Marcia à celle dynamique de Mao et Lénine est extrêmement didactique) et son image granuleuse, en noir et blanc, fleure bon l'école de cinéma. Le reste n'est pas vraiment important. Diego Lerman survole tous les thèmes qu'il aborde sans jamais s'arrêter, papillonne avec ses différents personnages, les suit un peu mais pas trop. Un sentiment de vide envahit petit à petit le spectateur.

Si dans le monde réel, tout est également question de preuve, Tan de repente fournit la preuve que les bonnes intentions ne suffisent pas toujours à réaliser un bon film.
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)