sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Lost in translation de Sofia Coppola
Avec : Bill Murray, Scarlett Johansson, Giovanni Ribisi, Anna Faris, Akimitsu Naruyama
Big in Japan

Le premier film de Sofia Coppola, The virgin suicides, avait ce petit quelque chose qui en faisait l'un des films les plus marquants du cinéma américain de ces dernières années. Ce petit quelque chose qui faisait que, sans trop se tromper, on aurait suivi Sofia Coppola jusqu'au bout du monde. En l'occurrence, il a fallu suivre la demoiselle à Tokyo pour son deuxième film..

La confrontation de la caméra minimaliste de Sofia Coppola avec l'univers démesuré de Tokyo a donc pour nom Lost in translation et organise la rencontre improbable de Bob Harris (le toujours plus extraordinaire Bill Murray) acteur cachetonnant au Japon pour une marque de whisky et de Charlotte (Scarlett Johansson déjà vue dans Ghost World) au détour d'un grand hôtel. La rencontre de ces deux solitudes donne lieu à la naissance d'une relation particulière, aussi belle qu'éphémère dans la nuit tokyoïte de deux individus ne parvenant pas à trouver le sommeil.

Lost in translation est à la fois un voyage dans un Japon mi-rêvé mi réel et une singulière histoire entre un homme et une femme, à mi chemin entre l'histoire d'amour et l'amitié la plus sincère. En suivant sa trame, Sofia Coppola avec son talent éclatant, nous livre une succession de tableaux et de photos magnifiques, comme ce premier plan sur Charlotte qui essaye de trouver le sommeil, ou comme les larges vues de Tokyo qui est véritablement le personnage principal du film.

Lost in translation c'est aussi beaucoup de petits détails auxquels Sofia Coppola a apportée un soin extrême et qui font que son film et ses personnages ont une réelle épaisseur (particulièrement Bill Murray, le rôle ayant été écrit pour lui) sans jamais venir alourdir le film.

Enfin, Sofia Coppola a trouvé un équilibre parfait entre le Tokyo quotidien et le Tokyo de tous les clichés (karaoké, jeux vidéos, etc.), laissant ainsi penser au spectateur, que cette ville n'est probablement pas si éloiignée (dans une certaine mesure) de la description que nous en fait Sofia Coppola. Agrémenté d'un humour sensible et subtil, Lost in translation est plus qu'un film, une vision du monde à partager et la preuve que le cinéma est avant tout une question de talent
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)