sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Mur de Simone Bitton
Avec : Un documentaire de Simone Bitton

Ce mur sans nom, il s’agit bien évidemment de la barrière/clôture de sécurité construite par les autorités israéliennes afin de séparer les populations palestiniennes et israéliennes. Ce mur ne passe pas, il heurte la sensibilité de Simone Bitton, documentariste de culture juive et arabe, intéressée depuis longtemps par le conflit israélo-palestinienne. Elle filme ici la construction de l’édifice et donne la parole à quelques personnes rencontrées au fil du documentaire. Il y a ceux qui construisent le mur, ceux qui le subissent et ceux qui approuvent sa construction.

Quelques scènes surprennent. Tout d’abord, le silence gêné de quelques ouvriers palestiniens du chantier puisque effectivement des arabes construisent l’édifice pour survivre. « S’il me filme, l’OLP me tuera » affirme un contremaître. Il y a ensuite ce plan surréel où Simone Bitton filme un paysage peint en trompe l’œil sur la barrière. Le mur révèle ainsi sa véritable nature, bouchant à la fois le paysage et l’horizon d’un éventuel règlement du conflit.

Le film aurait pourtant gagné à afficher un minimum d’objectivité. La mise en scène décrédibilise la seule figure favorable au mur, un vieux général assis dans son fauteuil et figé dans ses convictions. Son discours est caricatural, ses arguments simplistes. Quelque part la mécanique documentaire s’enraille et le film petit à petit toute objectivité. On ne rencontrera jamais la moindre victime d’un attentat ou un civil favorable à la construction du mur. Le film se clôt par une rencontre avec le responsable d’un kibboutz. Il dénonce une nouvelle fois le mur et compare l’attitude des juifs à celle de leurs bourreaux nazis. L’homme constate amer qu’ici « l’anormalité est devenu la normalité », regrettant que la majorité de ses concitoyens approuvent la construction de la barrière. Cette réalité, Mur l’évite soigneusement. Terrible constat dès lors d’un film partisan qui ne prêche dans le désert que pour un public convaincu à l’avance.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)