sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


De battre mon coeur s'est arrêté de Jacques Audiard
Avec : Romain Duris, Niels Arestup, Linh Danh-Pham, Aure Atttika, Johnathan Zaccaï, Gilles Cohen

Marchant sur les traces de son père, Tom vit de magouilles et de malversations immobilières. Sa vie aurait pu prendre une autre tournure, celle de sa mère, pianiste virtuose. Un jour, le jeune homme rencontre son ancien impresario qui lui propose de passer une audition. Pour Tom, c’est l’occasion rêvée de repartir sur de nouvelles bases, il ne vit désormais qu’avec une seule obsession, réussir sa prestation lors de l’audition.

Tom ne sait pas ce qu’il veut. Sa vie d’escroc ne lui convient qu’en apparences. Il craint par-dessus tout la figure de son père affaibli et vieillissant, le moment « où le père devient le fils de son fils ». Le piano constitue une échappatoire idéale pour le jeune homme et pas seulement parce qu’il symbolise la figure de la mère. Malheureusement, cette alchimie passe mal à l’écran. Il y a un décalage trop flagrant entre les manières de petit voyou de Tom et son intérêt soudain pour la musique, à l’image des cours dispensés par une jeune chinoise. Elle ne parle pas un mot de français, il ne l’écoute pas, ils ne se comprennent pas, il ne se passe rien. Jacques Audiard passe donc à côté de son sujet. Heureusement, le cinéaste se révèle plus efficace quand il s’aventure sur le terrain du film noir, ses figures sombres, ses histoires d’héritage, d’amitié et de vengeance qui tournent mal. Mais on en attendait pas moins de l’auteur de Sur mes lèvres.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)