sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Serial noceurs de David Dobkin
Avec : Owen Wilson, Vince Vaughn, Christopher Walken, Rachel McAdams, Isla Fisher, Jane Seymour

La confusion des genres

Cela fait maintenant un petit bout de temps que Hollywood tente de nous vendre par tous les moyens des comédies romantiques pour un bilan des plus mitigé. Ces films ne survivent en effet jamais plus d’une demi-heure à leur idée de départ souvent originale mais en définitive peu exploitée. Surtout chaque film finit par renier sa propre spécificité, ce qui se traduit par une conclusion toujours consensuelle. Serial Noceurs ne déroge pas à cette dernière règle, mais auparavant le film aura si violemment malmené les conventions du genre qu’il ne peut laisser indifférent: c’est bel et bien l’une des comédies romantiques les plus réussies de ces dernières années.

Deux amis d’enfance, John Beckwith et Jeremy Grey s’invitent chaque semaine à un nouveau mariage. Plus boute-en-train que parasites, ils mettent de l’ambiance, attirés par l’alcool, la fête et de jeunes célibataires sans défense. Le schéma fonctionne jusqu’au jour où John rencontre Claire Cleary la fille d’un ministre. Il parvient à convaincre Jeremy de l’accompagner pour une dernière cérémonie, le mariage de la sœur de Claire où rien ne se passe comme prévu.

Inconnu au bataillon, David Dobkin signe une comédie féroce et drôlement sympathique. Tout repose évidemment sur le tandem Owen Wilson/Vince Vaughn même si l’ombre de Ben Stiller plane sur le film. On pense à raison à Mon beau père et moi dont David Dobkin reprend quelques ingrédients, critique d’une certaine Amérique neo-conservatrice incarnée par le petit ami crétin de Claire et quelques gags énormes pour le pauvre Jeremy harcelé par la famille de sa nouvelle petite amie. Ce mélange des genres, entre humour potache et une certaine solennité fait la force du film.

Car paradoxalement, Serial Noceurs témoigne aussi d’un certain respect pour une institution comme le mariage et sa symbolique malgré quelques plaisanteries audacieuses. David Dobkin livre de plus le portrait touchant d’une amitié mise à mal par les événements, celle de deux amis d’enfance qui ont toujours grandi ensemble et dont les routes doivent désormais se séparer. Pas mal pour une simple comédie romantique.
C.A. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)