sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


La Saveur de la pastèque de Tsai Ming-Liang
Avec : Lee Kang-sheng, Chen Shiang-chyi, Lu Yi-Ching

Alors que l’on avait senti que le cinéma de Tsai Ming-Liang avait atteint ses limites avec Goodbye Dragon Inn, La Saveur de la pastèque explose les contours d’un cinéma exigent et passionnant mais peut être trop replié sur lui-même. Le film retourne ainsi certains motifs récurrents de l’œuvre du grand cinéaste taiwanais. Les pluies diluviennes laissent la place à une chaleur étouffante. Les habitants doivent alors puiser dans la pastèque une eau qui manque cruellement.

De même Tsai Ming-Liang pousse l’absence de communication entre les personnages à son paroxysme : le héros – toujours interprété par Lee Ka-Shing – est un acteur de film porno incapable de déclarer ses sentiments à sa voisine. A partir de ce canevas minimaliste, le cinéaste enchaîne une succession de tableaux à la fois drôles et graves. Il se réinvente sans cesse par le mélange des genres, comédie musicale, érotisme, drame car s’il s’agit toujours de peindre la frustration de personnages solitaires jusqu’à la nausée et une conclusion impardonnable où Tsai Ming-Liang s’abandonne à un nihilisme assez glauque. Nouveau départ à partir duquel son œuvre peut évoluer ou coup d’arrêt, seul l’avenir nous le dira.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)