sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


La Chambre du Fils de Nanni Moretti
Avec : Nanni Moretti, Lola Morante, Jasmine Trinca, Giuseppe sanfelice
A la manière de nombreux films récents (Sous le Sable, De l’histoire ancienne) et en attendant Pau et son frère, La Chambre du Fils traite le douloureux problème du deuil. Le drame touche ici la famille de Giovanni, un psychanaliste confortablement installé dans le nord de l’Italie. Le fils, Andrea, meurt accidentellement lors d’une sortie de plongée. Pourront-ils surmonter cette terrible épreuve de la vie ?

La Chambre du Fils sonne étonnement juste. Lors de son exposition, Nanni Moretti se garde bien d’idéaliser la famille de Giovanni, n’hésitant pas à souligner les zones d’ombre de ses membres, ce qui marque la fragilité de leur bonheur. Sa mise en scène, ne racole jamais les larmes du spectateur, il évite les écueils du mélodrame. La figuration de la douleur, sa fixation dans le temps demeurent ici admirablement bien rendues. La scène où Giovanni, fou de rage, perce des alvéoles de papier bulle reste un modèle de tristesse et de pudeur.

C’est surtout que malgré un sujet qui pourrait induire un repli sur soi, Nanni Morretti s’ouvre littéralement sur le monde. Il ne joue plus son propre rôle, abandonne Rome, son terrain de prédilection pour une cité maritime du nord de l’Italie. Mais c’est évidemment l’épilogue qui reste la plus émouvante. Le défunt va renaître le temps d’un voyage sur les côtes françaises, grâce à l’entrée en jeu d’une ancienne petite amie. Le bleu de la mer apporte alors une belle note d’espoir à ce très beau film.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)