sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Volver de Pedro Almodovar
Avec : Penélope Cruz, Carmen Maura, Lola Duenas, Chus Lampreave, Yohana Cobo

En compagnie des femmes

Des femmes s’affairent dans un petit cimetière à fleurir les tombes des morts, cérémonial immuable dans cette région désolée et balayée par un vent violent de la Mancha où les femmes survivent à leurs maris. Un simple travelling suffit à planter le décor, à nous présenter ces femmes que l’on ne va plus quitter. Parmi elles, on remarque aisément Raimunda, sa fille Paula et sa sœur Sole. Elles viennent rendre hommage à leur mère et grand-mère Irène. Elles en profitent également pour rendre visite à la tante Paula dont l’état de santé ne cesse de se dégrader : elle reconnaît à peine ses nièces.

Quand les jeunes femmes retournent en ville, c’est pour retrouver un quotidien guère plus reluisant, un mari grossier et abruti. Mais bientôt les événements se précipitent : après la disparition de son mari, Raimunda reprend le restaurant du quartier. Surtout, le fantôme de la mère Irène réapparaît à sa sœur, ranimant de biens mauvais souvenirs…

Après La Mauvaise Education et son univers exclusivement masculin, Pedro Almodovar joue des contrastes avec ce mélodrame magnifique peuplé de femmes remarquables. Que se passe t il au juste ? Des trucs de bonne femme selon l’expression de Raimunda. Sauf que Pedro Almodovar met en scène ces histoires mieux que quiconque. Ces femmes sont belles mais aussi généreuses, touchantes dans leur détresse à l’image du personnage de Augustina, condamnée par la maladie mais qui saura rester digne pour refuser de déballer ses états d’âmes dans une émission de télé réalité alors qu’on lui fait miroiter la promesse d’un traitement.

Plus que jamais, Pedro Almodovar s’appuie sur un art du récit qui se confirme de film en film. Si Volver ne joue pas sur plusieurs niveaux de narration, le film surprend par sa cohérence, la manière avec laquelle, le cinéaste met à bout toutes ces tranches de vie. Il convoque également comme autant de fantômes, le mélodrame hollywoodien comme l’âge d’or du cinéma italien : Pénélope Cruz prend des airs de jeune Sofia Loren, tandis que la visage de Anna Magnani apparaît sur un écran de télévision.

Des femmes, une fois encore, des fantômes de femmes même : pendant une heure, le film ne tranche pas pour notre plus grand bonheur. En espagnol, Volver signifie revenir, mais de quel retour s’agit il ? Miracle de la mise en scène, les morts ne nous ont jamais quittés, ils continuent à guider nos pas dans ce monde de secrets et de mensonges où trône à l’arrivée le sourire d’une femme.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)