sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Hors la loi, à propos de Frisk de Dennis Cooper par J.H.D., P.O.L.
 
« C’est le seul écrivain hors-la-loi dans la littérature américaine mainstream ». De la part de Bret Easton Ellis, ce compliment annonce clairement la couleur, Dennis Cooper n’écrit pas des livres pour s’amuser. Un peu, à la manière de l’auteur de American Psycho, il interroge la société américaine dans ses dysfonctionnements et sa relative aseptisation culturelle.

Il serait un peu réducteur de voir dans les récits de Dennis Cooper, le versant gay de l‘oeuvre de Bret Easton Ellis. Son travail repose avant tout sur une stylisation à outrance des corps et de vertigineuses mises en abîme. Dans Frisk, le romancier s’intéresse au parcours de Dennis, un jeune homme fasciné par les pulsions de sexe et de mort. A travers les multiples liaisons de ce personnage, l’auteur explore les liens fragiles entre désir, fantasme violence.

Le lecteur assiste alors à une expérience extrême. Dennis Cooper brouille les frontières entre réalité et fiction pour mieux déranger le lecteur et le confronter aux pulsions morbides de son héros homonyme. Les descriptions à caractère psychologiques se réduisent au minimum, les personnages n’existent plus qu’en fonction de leur corps que l’on peut à la fois désirer et mutiler. Il s’agit pour l’auteur de se confronter à ses fantasmes pour les faire partager à ses lecteurs. Une entreprise qui a de quoi déstabiliser, même si elle se limite bien souvent à ses qualités formelles.
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)