sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Death : The High Cost of Living de Neil Gaiman & Chris Bachalo, Vertigo
 
Rendez vous avec la Mort

1988. Neil Gaiman crée The Sandman et révolutionne à jamais le Comic Book. Le titre met en scène un étrange personnage Morphéus alias Dream ou le Marchand de Sable. Emprisonné par erreur par les membres d’une société secrète, Morpheus retouve sa liberté après 70 ans de détention et tente de reconstruire son royaume. Gravite autour de lui la cosmogonie des 7 Infinis, tout un univers où chaque personnage donne forme humaine à un concept abstrait (Désir, Desespoir, Destruction…). Death est l’une des sœurs de Morpheus et elle incarne le principe de Mort. Devenue au fil de ses apparitions dans Sandman un personnage populaire, elle devient l’héroïne d’une série parallèle dont voici le premier volume.

Tous les siècles, la Mort revient sur Terre et mène l’existence d’un simple mortel afin de saisir la richesse des vies qu’elle prend. Elle prend cette fois l’apparence d’une jeune orpheline Didi et se lie d’amitié avec Sexton Furnival, un adolescent suicidaire. Il l’accompagne le temps d’une folle journée ponctuée d’étranges rencontres, une vieille femme qui leur demande de retrouver son cœur ou un inquiétant aveugle désireux de s’emparer des pouvoirs de la Mort…

Succès phénoménal à l’époque de sa sortie, Death permit de lancer définitivement Vertigo dans le sillage de Sandman et Hellblazer. Le titre offre une relecture totale du mythe. Exit les cranes et la faux, la Mort personnifiée par Neil Gaiman et Chris Bacchalo possède la douce apparence d’une jeune adolescente gothique. Son parcours à travers une ville qui pourrait bien être New York offre une quête poétique d’un intense beauté. Les auteurs jouent avec la Mort dont il inverse les valeurs. La jeune fille respire la vie. A ses côtés le jeune Sexton, l’adolescent que nous avons tous été, apprend à voir le monde différemment. Le livre offre finalement aux lecteurs la possibilité de se réconcilier avec l’idée de leur mort à travers les histoires pleines de poésie sombre et de personnages hors du commun.

Ps : Le trade paperback original contient une introduction par Tori Amos (elle figure sur la couverture!) ainsi qu’une mini-histoire originale « Death Talks About Life ». Death y disserte sur l’amour, le sexe et le sida à des fins de prévention.

Editions Vertigo, 106 pages, 12.95$, sorti en France aux éditions le Téméraire en 1999
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)