sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Cosmétique de l'ennemi de Amélie Nothomb, Seuil
 
Jérôme Angust, un brillant homme d’affaires se morfond dans un aéroport, à attendre un avion qui n’arrive pas. Il doit en plus supporter la conversation de l’envahissant Textor Texel, un importun dont il ne peut se débarrasser. Résigné, il se résout à écouter le récit de sa vie mais bientôt l’énervement laisse place au malaise. Texel explique, non sans un certaine fierté comment il a violé puis tué, dix ans plus tard, la même femme. Et justement, la police n’a jamais été en mesure de retrouver l’assassin de la propre femme de Jérôme Angust…

La dialectique du fou.

Impossible de ne pas songer au premier roman de Amélie Nothomb, à la lecture de ce dernier roman. Même genre de titre énigmatique, même argument à savoir une angoissante joute verbale. Pourtant, il s’agit d’un livre nettement plus abouti, dans sa manière de brasser les mêmes thèmes, comme l’amour embrassé par la mort, le double ou la culpabilité. Comme dans son illustre prédécesseur, le récit devient de plus en plus inquiétant au fur et à mesure que les vérités sont assénées mais contrairement au personnage de Pretextat Tach, Textor Texel n’est qu’instinct, la somme des pulsions les primaires, celles qui bouleversent les ordres social et moral…

C’est aussi un admirable conteur, (il l’explique à travers l’étymologie de son nom) qui à l’instar de Amélie Nothomb multiplie les pistes et les stratagèmes au sein d’un récit extrêmement bien ficelé, pour captiver puis perdre les lecteurs dans les méandres de son inconscient…

Editions Albin Michel, 140 pages, 78.70 francs

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)