sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Les Inséparables de Marie Nimier, Gallimard
 

Un léger parfum d’enfance flotte sur les premières pages du nouveau roman de Marie Nimier : la débrouille dans des immeubles laissés à l’abandon des beaux quartiers, les cinémas des Champs Elysées, les animaux de compagnie… Les deux gamines inséparables en oublieraient presque leur père en italique, décédé pour l’une, américain pour l’autre.

Après La Reine du silence, Marie Nimier se livre de nouveau mais par le biais de Léa, son amie d’enfance. L’écriture âpre et poignante évoque les épisodes les plus tristes de leur amitié, séparation, drogue, suicide, autant de passages presque obligés d’où émergent l’humour de certaines situations mais surtout l’amitié inaltérable de ces deux jeunes femmes. L’écriture joue un rôle essentiel et les nombreuses lettres qu’elles s’envoient prolongent ces moments de bonheur. Quand je t’écris, j’ai l’impression que tu sens mieux que moi ce qu’est ma vie. Je lutte contre la tristesse qui peu à peu gagne mon cœur. Je prends mon stylo pour me rapprocher de toi.

En filigrane, Marie Nimier dessine sa propre autobiographie. Elle l’avoue à son psychanalyste : Je parlais de moi quand je parlais de Léa. Car même si la vie s’acharne, il reste toujours quelque chose, un souvenir, une silhouette, une image tirée d’un photomaton qui telle un rayon de soleil perce le triste ciel de notre mélancolie.

Editions Gallimard, 263 pages, 17.50 euros
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)