sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Les morts ont tous la même peau de Boris Vian, Livre de Poche
 
Sombres couleurs

Dan présente bien. Cela rassure les clients et impose le respect aux petites frappes qui seraient tentés de perturber les soirées. Le videur s’est ainsi construit une solide réputation allant jusqu’à se faire accepter des blancs qui ignorent son secret. Car Dan est un sang mêlé, noir de cœur et blanc de peau. Même Sheila, la mère de son fils ignore son secret. Une existence bien réglée jusqu’au jour où son frère Richard réapparaît et menace de révéler ses origines, entraînant Dan dans un engrenage qu’il ne maîtrise plus…

Ce second roman signé Vernon Sullivan s’engouffre dans la brèche ouverte par le célèbre J’irai cracher sur votre tombe. Sullivan/Vian met de nouveau en scène un sang mêlé mais contrairement à un Lee Anderson assoiffé de vengeance, Dan se fait discret pour s’intégrer. Le roman illustre la terrible pression sociale exercée par une Amérique qui ne connaît pas encore les Mouvements des droits civiques. Les premières pages illustrent la métamorphose de Dan qui se considère déjà blanc. L’irruption de son frère Richard menace sa nouvelle vie. Elle s’accompagne de la rencontre dune prostituée noire à laquelle Dan ne peut résister. Il est toujours difficile de s’affranchir de ses origines. A partir de ce canevas, Sullivan/Vian compose un petit roman noir brillant, pastiche de Chandler imprégné de jazz et de sexe, chronique implacable du racisme ordinaire qui accule son anti héros à la folie.

Editions Hachette (Le livre de poche), 184 pages, 4.50 euros
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)