sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Netherland de Joseph O'Neill, Editions de l'Olivier
 
Ce vieux rêve qui bouge

New York n’est plus New York. Aux premières heures de l’année 2003, les lumières de la ville monde ne brillent plus. Au fil des pages, Hans parcourt une ville éteinte par l’angoisse d’une nouvelle attaque terroriste. La crise économique et la préparation de l’invasion de l’Irak achèvent ses derniers rêves new-yorkais. Sa femme Rachel demande une pause et retourne vivre auprès de ses parents en Grande Bretagne, emmenant avec elle leur fils Jake. Incapable de se remettre en question, l’analyste financier se retrouve seul avec ses souvenirs et bientôt avec un nouvel ami, Chuck, passionné par le cricket. Ce dernier ambitionne de créer un club new yorkais, de construire un stade et d’organiser des compétions officielles…

Auteur méconnu en France où aucun de ses précédents romans n’a été traduit, Joseph O’ Neill se retrouve propulsé sur le devant de la scène littéraire grâce au soutien enthousiasme du président Obama pour cette peinture en demi-teinte du rêve américain. Dans Netherland, les immigrés du monde entier se retrouvent autour d’un terrain de cricket et de valeurs communes. Ils jouent, mangent et prient ensemble. C’est parmi eux que Hans essaie de recoller les morceaux de son existence éclatée par l’onde de choc du 11 septembre. L’écriture d’une élégance rare privilégie de multiples flashbacks où Hans se projette dans les souvenirs de son enfance hollandaise bercée par le souvenir mélancolique d’une mère qui continue à vivre dans son esprit. Au présent, il se ressource aux côtés de Chuck aux multiples visages: mari dévoué mais adultère, vendeur de sushis casher, promoteur infatigable du cricket et maître d’œuvre d’activités que l’on devine peu recommandables…

Tel Gatsby le magnifique, ce personnage insaisissable ensorcelle Hans. Malgré la tourmente post 11 septembre, il continue d’afficher sa foi dans l’Amérique. Joseph O’Neill évite les clichés des bons immigrés et de la jeunesse dorée new yorkaise, laissant son héros s’interroger sur le sens de sa vie et son couple en perdition. Hans ne parvient plus à exprimer ses émotions et reprend goût à la vie aux côtés de Chuck. Plus qu’un roman sur le rêve américain, Joseph O’Neill signe en définitive une magnifique histoire d’amour avec ses non dits, ses doutes mais également ses espoirs. Et c’est finalement au sommet d’un gratte-ciel londonien que Hans retrouvera sa femme Rachel, fixant à ses côtés, au-delà de l’horizon la promesse d’un nouveau départ.

Editions de l'Olivier, 296 pages, 22 euros
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)