sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Sévère de Régis Jauffret, Seuil
 
Domination

La vérité est dévastatrice. Elle est aveugle. Autant se réfugier dans la fiction. Après tout, personne n’est jamais mort dans un roman car personne n’existe dedans. Régis Jauffret a couvert le procès Stern pour Le Nouvel Observateur. Il en tire un roman troublant qui en s’éloignant du fait divers sordide touche à la tragédie d’un amour impossible.

Sévère surprend d’emblée. L’auteur adopte le point de vue déconcertant de la maîtresse condamnée pour meurtre. Elle ne réalise pas la portée de son geste, elle tente de se justifier, elle délire. Quel crédit peut-on accorder à ses anecdotes ? Par de longs flashbacks, le roman met en scène sa relation tumultueuse avec un riche banquier d’affaires, star de la Finance internationale adulée par la presse économique le jour, se transformant la nuit en un prédateur cynique persuadé que son argent peut lui permettre de tout acheter. Multiplier les aventures, chasser des espèces protégées, conseiller les gouvernements ne lui suffit pas. L’homme en mal de sensations fortes se réfugie dans le sado masochisme.

Régis Jauffret évite habilement de tomber dans le racolage et évite la surenchère pour ne se consacrer que sur l’histoire d’amour. Il faut une certaine dose de folie pour s’enfermer dans une combinaison de latex. Il faut surtout une incroyable confiance en l’être aimée pour la laisser vous attacher. La meurtrière entretient le doute. Il aurait pu se libérer de ses liens. Ainsi, n’aurait il pas mis en scène son suicide ?

En devenant secrétaire sexuelle du banquier, elle se laisser humilier mais domine son amant car elle reste la seule à connaître ses secrets, la seule à l’aider à assouvir ses désirs plus noirs.. Avec beaucoup d’humour mais toujours lucide, Régis Jauffret dépeint un monde sans éclat où le luxe masque difficilement le plus grand vide affectif. Ils voudraient s’aimer comme des adolescents mais ce rêve est corrompu par l’argent et le pouvoir. Ne leur reste que la combinaison de latex noire, symbole de mort et de domination.

Editions Grasset, 160 pages, 17 euros

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)