sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Effroyables Jardins de Michel Quint, Joelle Losfeld
 
L’idée de ces Effroyable Jardin remonte à un fait divers survenu lors du procès de Maurice Papon, l’apparition d’un clown au palais de justice. La clé de ce mystère peu à peu révèlée, sert de pierre angulaire à un curieux dyptique, poursuivi avec Aimer à peine…

Le père du narrateur consacre une parti de son temps libre au rire. Il se fait clown pour le bonheur des autres, au détriment de sa famille, de son fils qui ne comprend pas une telle activité. L’origine de cette vocation lui sera révèlée par Gaston, un ami de la famille, au cours d’une sortie au cinéma. Membre de la résistance, le père avait participé à une action de sabotage avec Gaston. Arrêtés arbitrairement par les allemands, ils sont retenus en otages et jetés dans une fosse avec deux autres malheureux. Si les responsables ne se dénoncent pas, ils seront executés en représailles…

A partir d’un fait divers plutôt banal, Michel Quint assène au lecteur une formidable leçon d’humanisme. Effroyables Jardins dénonce l’absurdité et l’horreur de la guerre pour mieux mettre en exergue la grandeur de gens simples face à des bourreaux. Effroyables Jardins ne paie pas de mines au premier abord, l’usage du patois décontenance mais au fur et à mesure, ce choix rapproche le lecteur de ces personnages touchants. Un bel homage à ces milliers d’inconnus morts pour une juste cause.

Editions Joelle Losfeld (Arcanes) 62 pages, 5.50 euros.
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)