sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Poulet Farci de Rupert Morgan, 10/18
 
Un monde presque parfait

Avec Poulet Farci, Rupert Morgan nous emmène à Entropolis, mégalopole futuriste d’un état qui pourrait ressembler aux Etats Unis d’Amérique. Le pays se trouve actuellement dans cet état d’ébullition caractéristique de tout campagne présidentielle. D’effets d’annonces en révélations, les candidats au poste suprême se livrent une lutte sans pitié tandis que John Lockes, un grand magnat de l’informatique se sentant investi d’une mission quasi-divine, tente de convaincre les politiques de tout bord des bienfaits de sa dernière invention, la rectopuce, un système capable de surveiller en permanence les plus dangereux criminels. Pendant ce temps, Macauley Connor, un journaliste déchu et obligé collaborer au sordide Public Investigator pour subsister, se voit confié une mission de la plus haute importance par un prestigieux éditeur, la rédaction d’une biographie particulièrement diffamatoire de John Lockes. Macauley Connor commence son enquête et decouvre asse vite l’impensable :John Lockes n’est pas John Lockes…

Rupert Morgan se livre ici à une satyre féroce de notre société et de ses dérives à travers notamment des médias omniprésents, une presse à scandale en dessous de tout et des vedettes décérébrées. Avec un humour ravageur, l’auteur dresse le constat d’une société vacillante en manque de repères, prête à basculer dans l’anarchie et le chaos. Dans cette optique, c’est la campagne presidentielle qui retient le plus l’attention des lecteurs, perçue comme la fuite en avant d’hommes politiques sans convictions, prêts a tout par appetit de pouvoir (jusqu’au meurtre…) , avec des effets toujours plus dévastateurs et inattendus.

Au fond, Rupert Morgan adresse une cinglante mise en garde contre l’avènement d’une technocratie qui utiliserait les avancées technologiques pour mieux asservir les individus. Il rejoint ainsi de grands écrivains de science fiction comme Philip K. Dick tout en apportant sa touche personnelle, un humour impitoyable mais aussi une certaine poésie lors du voyage dans l’espace. Un auteur à suivre…

Editions 10/18 (Domaine Etranger) 390 pages, 8.50 euros

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)