sommaire
disques
agenda
interviews
@ articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Les cahiers de Monsieur F. : à propos de Drukqs

1 2 3 4 5 6 7 8

En jouant du piano préparé, comme sur le titre # 3 (Kladfvgbung Micshk), Aphex Twin se réfère à John Cage. Même s’il réussit une composition agréable et répétitive, il manque encore d’expérience en la matière. Le piano préparé est d’ailleurs une invention de John Cage qui consiste à loger entre les cordes de l’instrument (ou ailleurs), des corps étrangers qui auront pour effet de modifier les sonorités, les timbres et même les propriétés acoustiques. En effet, en 1938, Cage ne pouvant pas utiliser un orchestre pour son ballet les Bacchanales, eut l’idée du piano préparé qu’il  développa ensuite  avec les Sonates et Interludes (1946-48), en imitant certaines sonorités orientales, notamment balinaises. Ce caractère oriental se retrouve, dans une certaine mesure, sur le titre qui ouvre le double album Durqks, Jynweythek.

Mais si Richard D. James reconnaît l’influence de Cage, celle-ci n’est plus de mise dans la manière d’aborder la composition. En effet, chez John Cage, le « hasard » tient une place fondamentale. A partir de 1951 et de Music of Changes, il recourt à la méthode dite « I-Ching », recueil d’oracles de la Chine ancienne destiné à consulter le sort et ainsi annihiler les critères subjectifs. Il s’agit d’un hasard dans la composition et non dans l’exécution. Chez Aphex Twin, au contraire, la composition est très construite, la place du hasard est extrêmement réduite. La trame est mathématiquement élaborée et reverrait plutôt à une structure architectonique.

la suite (8/8)

< autres articles <



Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)