sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Nina Nastasia
"The Blackened Air"
(Touch & Go/Chronowax)

Difficile de croire que Nina Nastasia nous vienne tout droit de New York la sauvage, surtout ces temp-ci. Nina, elle, ne joue radicalement pas dans la même cour. Elle aurait très bien pu se faire adopter par la communauté de Louisville avec ses valises pleines de spleen country-folk. Née à Los Angeles mais habitante des environs de Manhattan, la mystérieuse Nina a déjà sorti sur le micro-label Socialist un premier album "Dogs" en 1999, sur lequel Steve Albini était déjà aux manettes avec sa casquette de producteur. Le label Touch & Go, aujourd’hui distribué en France par Chronowax, accueille aujourd'hui Nina et son tourbillonnant "The Blackened Air", à l'honnêteté crue et au charme hypnotisant.
Embaumée de vapeurs d'alcool des nuits d'hiver, la musique de Nina Nastasia et de son backing-band à la composition atypique ne demande qu'à vous prendre par la main pour vous accompagner en ces terres hostiles aux extérieurs pourtant rassurants. Nina nous conte les travers d'une vie simple, qui inévitablement s'envenime et se gangrène sans qu'on n'ait rien vu venir. Armée d'un regard mi-goguenard mi-désabusé, elle prévient sans faire la morale les ingénus et les idéalistes sur l'amour qui s'effrite, l'incompréhension et l'absence d'écoute dans le couple.
Magnifiquement orchestrées, les 16 compositions de "The Blackened Air" voyagent entre ambiances country (le jodle de In The Graveyard), folk (The Same Day, Been So Long), berceuses (Desert Fly), ou d’autres atmosphères plus difficilement étiquetables mais tout aussi splendides (This is What It Is, All For You) et référencent aussi bien l'Amérique red-neck (rien à voir avec Garth Brooks rassurez-vous!) que les cultures tzigane, irlandaise et du cirque. Est-ce dû au travail de Mr Albini ou à la confiance "télépathique" que se vouent les musiciens, les strates instrumentales de violon, de violoncelle, de mandoline, d'accordéon, de scie musicale et de guitares fusionnent sans accroc et portent humblement et nerveusement les textes de la belle Nina et sa voix puissante et apaisée.
Que cela soit clair, "The Blackened Air" est un joyau rare et indispensable à toute discothèque personnelle

MP3 de 'This is what it is' à télécharger sur le site de Southern Records : ici


RedApple
(redapple [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur Amazon.fr >>

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)