sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Dirge
"s/t"
(autoproduit)

La Normandie nous délivre peu à peu ses trésors. L'année dernière déjà le Polar EP de Tokyo/Overtones ou plus récemment le premier album de Porcelain nous avaient assez bluffé. Voici donc le premier EP autoproduit de Dirge, trio guitare/violoncelle/batterie basé à Rouen. Et comme ils s'en revendique ouvertement c'est sans trop de honte qu'on utilisera ce terme galvaudé, fourre-tout et simplificateur qu'est le "post-rock" pour situer un peu leur musique. Précisons donc un peu le propos. Avec Dirge, pas de mur du son et de front guitaristique, un violoncelle tendu, une guitare électrique mais claire, une batterie fluide et précise et le chant anglophone remarquablement naturel de Yann Lafosse. Avec Milkwood, la première comparaison qui m'est venue à l'esprit n'est pas tant GYBE! comme on peut le lire souvent à leur sujet mais plutôt Saeta, trio piano/ violoncelle/guitare de Seattle, ou bien encore The Potomac Accord. Ce premier titre sert d'exposition idéale à leur musique avec une présentation du rapport de force entre les instruments, entremêlés, équilibrés et complémentaires. Le troisième titre Teenage Me et plus encore Wind marquent clairement le rôle original du violoncelle de Mirjam Tautz qui, au delà d'appuyer la mélancolie du chant, remplit à la fois une fonction rythmique, lorsque l'archet attaque nettement les croches telle une basse, et se substitue aux envolées de guitares saturées d'un Explosions in the Sky par exemple. Wind sert également d'exercice de style de l'audio-reportage-témoignage instrumental rendu célèbre par les formations montrealaises. Avec Dirge on est vraisemblablement dans un pub à Liverpool (où Yann Lafosse a vécu quelques temps) : "How can they smile when they have no money, no job, no future?". C'est vrai que tout n'est pas rose dans notre monde, mais Dirge explore ses émotions et préoccupations d'une manière beaucoup moins prétentieuse ou miséreuse que de nombreux avatars mogwaïesques qui se cachent derrière leur brouhaha électrique. L'espagnole Aroah nous confiait que pour ce type de musique il valait mieux user de finesse au risque de tout gâcher. Dirge ont je pense tout à fait compris et le prouve admirablement. A découvrir absolument.*
Le groupe doit sortir bientôt un deuxième EP enregistré avec David Fontaine (collaborateur sur le Polar EP de Tokyo/Overtones), en attendant l'enregistrement du premier véritable album pour la fin de l'année. On attend tout ceci avec une impatience fébrile.
Plus d'infos sur http://membres.lycos.fr/dirge/

*célèbre slogan d'un webzine français.

RedApple
(redapple [AT] purjus [POINT] net [*]) 

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)