sommaire
disques
agenda
@ interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Encre

1 2 3 4 5

En parlant des groupes qui gravitent autour de Clapping Music, on peut peut-être demander à Julien s'il y a un réelle identité Clapping
Julien Rohel : je sais pas si on peut parler d'identité Clapping puisqu'on a sorti que 2 disques. A première vue, musicalement y'a pas vraiment de liens, d'unité musicale qui pourrait servir de ligne directrice pour le label. Ca marche au coup de coeur. King Q4, c'était un ami depuis longtemps. On a suivi ses premiers pas au sampler et puis au bout d'un moment y'a eu un album qui était près à sortir, voilà donc on l'a fait. C'était autant amical que musical. Par contre Yann, je ne le connaissais pas avant de sortir son disque. Ca a été un coup de cœur comme ça. Et c'est comme ça que marche le label. Le fait que Yann ait monté le groupe pour le live avec les gens qui gravitent autour de Clapping ça permet d'unir le tout. Mais pour ce qui est d'identité du label, j'ai pas vraiment d'idée précise là dessus.
Y: Le gros problème d'une identité de label c'est que si tu t'imposes une ligne de conduite, d'adhérer à certains travers artistiques, ça te donne quelquepart pas le droit de fonctionner au coup de cœur. Si tu reçois un truc qui te plaît mais qui ne correspond pas vraiment à la ligne directrice du label, tu vas pas le sortir.. je trouves ça complètement absurde. Y'a peut-être des labels chez qui ça fonctionne pour un tas de raisons. Là encore je me permets pas de contester. Peut-être qu'au travers de ses choix et ses goûts en tant que directeur artistique du label, il va peut-être se dégager une esthétique mais je pense pas que ça soit réfléchi ou conscient. C'est quelque chose de très bien. La musique ça marche avant tout au cop de coeur. C'est être surpris et c'est quelque chose qui se passe ailleurs que dans la prévision, tout simplement.
J: l'identité du label elle va se créer au fur et à mesure sans qu'il y ait besoin de la conceptualiser avant. Au fur et à mesure, quelque chose va s'esquisser, on verra ce que c'est.

Qu'y a-t-il de prévu sur Clapping Music dans les mois à venir ?
J : et bien le deuxième album d'Encre est prévu pour octobre/novembre. Avant il va peut-être y avoir un maxi d'Encre, en vinyl avec des remixes justement de la clique Clapping et des gens qui jouent avec Yann en concert. Et après on espère le deuxième album de King Q4 début 2003 on va dire.
Y: sur le maxi il y aura aussi sans doute une version live de 'Fœhn' qu'on a enregistré chez moi cet été en Normandie. C'est une version radicalement différente et j'ai récemment réécouté les prises qu'on a faites, et je trouve ça vraiment très très bien. Il y aura sans doute un morceau de l'album en avant-première, si on peut dire ça comme ça. des remixes de ce morceau par les 5 membres qui composent le groupe et donc une version où tout le monde joue. C'est aussi histoire d'aplanir, bien déterminer ce que c'est que Encre et tous ses travers en fait : aplanir le fait qu'il y ait un projet composé par moi sur l'album et que le live est établi de manière complètement différente par 5 personnes.

Est-ce que tu penses que ta musique peu plaire au plus grand nombre ? Te soucies-tu de l'opinion du public ou alors tu continues dans ton truc sans trop y prêter attention
C'est assez délicat. Malgré moi, parfois il est clair que quand je fais un morceau, je me mets pas dans une situation aussi simple que "je fais tel morceau parce que ça me passe par la tête", frappé par telle foudre et ça doit se passer comme ça. Je me mets aussi dans une position d'auditeur, je me dis comment j'aimerais entendre telle chose. Mais je pense que j'élabore avant tout un morceau parce que c'est un morceau qui me plairait d'entendre, tout simplement. Et puis c'est vrai aussi qu'il y a des textes qui sont élaborés dans la perspective de peut-être toucher quelque chose chez quelqu'un en particulier. J'essaye de cibler vers quelque chose même si c'est assez vague, assez flou encore parfois. Il y a un pan comme ça je peux pas le nier. Disons que je ne ferais pas quelque chose selon les attentes, mais je peux facilement essayer de me représenter ce que sont les attentes des gens et de me trouver un peu en décalage par exemple. Oui un peu calculer l'effet que ça peut produire chez un auditeur X. Forcément, je pense que quand tu es dans un rôle de composition de musicien d'élaboration d'un morceau, tu vas penser les choses comme ça clairement. Mais ceci ne fonctionne que dans une optique de comment quelqu'un est potentiellement affecté émotionnellement par un morceau et pas dans une optique mercantile, pas l'idée "Qu'est ce qui pourrait marcher en ce moment". De toute façon je trouve ça stérile. Et en plus c'est souvent casse-gueule.

la suite (5/5)

< autres interviews <





Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)