sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Vagues invisibles de Pen-ek Ratanaruang
Avec : Tadanobu Asano, Gang Hye-jung, Eric Tsang, Ken Mitsuishi

Déjà mort

Peut-on vivre avec le poids de la culpabilité ? Kyoji, un jeune cuisinier en fait la douloureuse expérience. Quand son patron le charge d’assassiner sa femme, le jeune homme s’exécute sans la moindre protestation. Il empoisonne sans remords ni regrets son amante. Sur le conseil de son commanditaire, il embarque à bord d’un paquebot de croisière histoire de se faire oublier. Mais la traversée ne se passe pas comme prévu et bientôt le jeune homme se sent en danger, observé par un mystérieux inconnu…

Son geste condamne le héros de Pen-ek Ratanaruang. Il le suit comme une marque indélébile. A bord du paquebot, il contemple les vagues d’une mer infinie mais ne trouve aucun réconfort. La mer me juge dit-il. Entre polar et métaphysique, Pen-ek Ratanaruang joue subtilement avec les codes du film noir et impose une certaine poésie teintée de mélancolie, renforcée par le travail du chef opérateur Christopher Doyle. Les images élégantes sont mises en valeur par de légers travellings, imprégnant au film une impression de flottement portée par le bruit des vagues, le souffle du vent. Qui sont ces passagers. Des amis ? Un danger ? Des fantômes ? Kyoji qui a tué la femme qu’il aimait erre dans les coursives du bateau comme une âme en peine.

Son arrivée à Phuket et sa rencontre avec l’énigmatique Lézard n’arrangent rien. La paranoïa finit par le dévorer, le souvenir du crime le hante. Aucun salut, aucun espoir pour cet homme pas même la satisfaction d’une vengeance inutile. Juste la consolation de retrouver son amante dans la mort.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)