sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


La Jeune fille de l'eau de M. Night Shyamalan
Avec : M. Night Shyamalan, Paul Giamatti, Bryce Dallas Howard, Jeffrey Wright, Sarita Choudhury

De l'espoir

Le Jeune Fille de l'eau devrait enfin mettre les choses au clair: si on sait depuis Incassable que M. Night Shyamalan est l'un des cinéastes hollywoodiens les plus importants de ces dernières années, ce nouveau film confirme qu'il est aussi l'un des plus fins observateurs de la société américaine contemporaine. Ici le fantastique ne sert à rien d'autre. La roublardise avec laquelle, le cinéaste expose les ficelles du genre n'a d'égal que sa faculté à jouer avec les codes de ce cinéma pour parler de ses concitoyens.

L'action du film se déroule ainsi dans une résidence paisible entourée d'une vaste forêt. C'est ici que Cleveland Heep a trouvé refuge. Il s'occupe désormais de l'entretien des appartements de la résidence. Sa vie bascule le soir où il découvre dans la piscine de l'immeuble Story, une nymphe affolée. Pourchassée par des créatures effrayantes, elle ne sait pas comment rejoindre son royaume. Tout juste, évoque-t-elle une mystérieuse prophétie: Cleveland et certains habitants de la résidence dotés de pouvoirs surnaturels qu'ils ignorent doivent aider la jeune nymphe mais ils doivent découvrir chacun leur rôle dans l'accomplissement de la prophétie.

A partir de cette intrigue simpliste, héritée d'une histoire qu'il racontait à ses enfants, M. Night Shyamalan signe un grand film sur le destin et l'espoir. Après la communauté gangrénée par la peur de son précédent film, l'immeuble donne une nouvelle fois une à voir les doutes de l'Amérique post 11 Septembre, une communauté en sommeil, sans destin ni avenir à l'image de ce vieux militaire qui passe ses journées à regarder à la télévision des images de guerre comme un écho infini à l'intervention militaire en Irak.

A l'image de la nymphe, le film humaniste et positif énonce sans détour la nécessité pour chacun de croire à son destin. Story vient en effet annoncer à un jeune écrivain en panne d'inspiration que ses prochains livres changeront la face du monde même s'il devra pour cela payer de sa vie. De même, le vieux militaire exhorte Cleveland a relever la tête. Il connaît le secret du gardien, son drame intime et dans une scène aussi insolite qu'émouvante, il ordonne au héros de se battre pour sauver Story.

Le cinéma de M. Night Shyamalan dépasse très clairement les limites du genre. Le personnage du critique de cinéma en énonce d'ailleurs les règles avant d'être dévoré par une créature monstrueuse. Peu importe la crédibilité de l'intrigue, elle passe au second plan. Enchanteur, le cinéaste emmène son public ailleurs, dans un univers où tout est possible à condition de croire en son destin. M. Night Shyamalan affiche une croyance sans milites envers ses personnages. Moins définitif que Le Village, La Jeune Fille de l'eau nous rappelle à toute fin utile que certains films, certaines rencontres peuvent changer la vie.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)