sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


The Last Show de Robert Altman
Avec : Meryl Streep, Lily Tomlin, Lindsay Lohan, Virginia Madsen, Garrisson Keillor

Le dernier Altman

St Louis Minnesota. Le public accourt pour la dernière fois dans le théâtre art déco de la ville pour assister à l’enregistrement d’une célèbre émission de radio de la région A prairie home Companion. Malgré les années, la salle ne désemplit pas pour ce spectacle peuplé de vieux cow-boys, de vieilles chansons du Midwest entrecoupées de publicité parodiques. Cela ne suffit pourtant pas à sauver le théâtre revendu et qui sera détruit pour laisser place à un immense parking.

Fidèle à son habitude, Robert Altman signe une nouvelle fois un film choral divisé autour de 3 maîtres de cérémonie. Garrison Taylor, tout d’abord, chef d’orchestre de l’émission représente cette Amérique du Midwest qui n’a jamais quitté l’auteur de Nashville. Il lui rend un vibrant hommage à travers les multiples chansons d’où résonnent le parfum de l’enfance et le souvenir de parents disparus.

Autre maître de cérémonie, le privé Guy Noir interprété par Kevin Kline sert de contrepoint au spectacle qui se joue sur scène. A ses côtés, on découvre les coulisses où se révèlent les histoires de cœur et d’amitié, en particulier autour du groupe formé par Lily Tomlin et Meryl Streep dont les regrets apportent une note déchirante au film. Evidemment, Robert Altman tient en personne le rôle du dernier maître de cérémonie. L’auteur de Nashville décédé le mois dernier, The Last Show restera donc son dernier film, hanté par la présence d’un ange de la mort en la personne de cette jeune femme blonde à la beauté dangereuse.

Pourtant, si la mort hante ce beau film mélancolique, elle n’en constitue nullement le point d’arrivée. Chaque spectacle est mon premier répète Garrisson Taylor à qui veut l’entendre. Alors qu’en coulisses, l’un des fidèles interprètes meurt, la fille de Yolanda et Rhonda s’apprête à débuter su scène, prolongeant le temps d’une soirée la lignée familiale. Le Show peut continuer. D’autre cinéastes poursuivront peut être la voie si singulière du cinéma de Robert Altman, au fond, cela n’a guère d’importance puisque les grands artistes comme les belles chansons ne s'oublient jamais.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)