sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Election 2 de Johnnie To
Avec : Louis Koo, Simon Yam, Nick Cheung, Cheung Siu-fai, Lam Suet

Le festin des loups

Suite de la saga de la triade du Wu Lo Sing. Lok a finalement conquis le pouvoir. Le nouveau délégué général a fait prospérer les affaires du clan en s’entourant de jeunes lieutenants audacieux. En attendant de remettre son mandat en jeu, il jauge ses adversaires potentiels, notamment Jimmy qui a fait fortune dans des affaires légales et qui aspire à quitter le milieu. Arrêté par la police, le truand n’a guère le choix : s’il veut développer ses activités en Chine, il doit entrer dans la course et ravir le poste de délégué général. S’engage alors une lutte sans merci avec un Lok prêt à tout pour conserver son mandant…

Quelques plans du premier Election continuent de hanter ce second volet plus ambitieux. Lok et un de ses lieutenants évoquent les prochaines élections autour d’une partie de pêche. Au même moment, Jimmy discute projets immobiliers sur une colline qui rappelle la falaise dont étaient jetés enfermés dans une cage les sages qui avaient manqué à leur parole.

Johnnie To continue sur sa lancée, puis précis dans sa description des coulisses d’une triade de Hong-Kong bientôt rattrapée par l’Histoire et la rétrocession à la Chine. La police chinoise veut imposer sa marque. Si elle exerce des pressions sur Jimmy, c’est avant tout pour contrer l’influence de Lok. L’épilogue du premier film avait exposé au grand jour la violence terrible de ce personnage obsédé par le pouvoir et prêt à toutes les bassesses pour maintenir son emprise.

Cette suite confirme la folie d’un homme capable de tuer de ses propres mains une des figures les plus vénérées de la triade. Petit à petit, les tabous se brisent et la mise en scène accumule les vrais morceaux de bravoure : scène d’intimidation des chiens, bataille de rues réglée à coups de hachoirs.

La lutte est désormais sans merci, l’issue connue d’avance. Comme dans le premier film, la victoire revient à celui qui porte la légitimité du conseil, une victoire amère pour Jimmy puisque si elle lui ouvre les portes de la Chine, elle ne lui permet pas de rompre bien au contraire. Le déferlement de violence consacre sa position de roi maudit, souverain d’un royaume tombé sans le vouloir aux mains de ses nouveaux maîtres chinois.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)