sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Nue propriété de Joachim Lafosse
Avec : Isabelle Huppert, Jérémie Rénier, Yannick Rénier, Kris Cuppens

Les liens de la famille

Une grande maison perdue quelque part en Wallonie. Pascale vit seule en compagnie de ses deux fils Thierry et François. Entre quelques cours qui ne mènent nulle part, ils entretiennent le vaste domaine familial. Le père a quitté la maison, évincé par la mère. Il ne retrouve ses fils qu’à la sauvette, évitant ainsi de croiser le regard de son ancienne femme et se contentant pour l’heure, d’aligner les billets pour aider ses enfants désoeuvrés…

Comme cette curieuse famille, le film de Joachim Lafosse repose sur un brillant équilibre. Jusqu’au final bouleversant, on ne saura jamais vraiment pourquoi les parents Luc et Pascale se sont séparés. La première scène de Nue Propriété montre la mère debout de sa glace en pleine séance d’essayage sous le regard taquin de ses deux fils. Une complicité réelle mais fragile unit les membres de cette famille disloquée.

Pascale souhaite pourtant revendre le domaine familial et refaire sa vie avec Jan, le voisin flamand, son nouvel amant. Evidemment Thierry et François refusent d’abandonner la maison de leur enfance, de leurs parents. Mais Joachim Lafosse ne cherche pas à surjouer l’éclatement de la famille. Au contraire, le cinéaste joue sur l’animalité de ses deux jeunes interprètes, frères à la ville comme à l’écran. Jérémie et Yannick Rénier dégagent un véritable magnétisme, une certaine complicité tout d’abord quand Joachim Lafosse filme leurs parties de ping-pong ou de console de jeux.

Mais la mise en scène en plans séquences extrêmement travaillés aura vite explosé la fratrie. Thierry se sent solidaire de son frère, François plus proche de sa mère même s’il n’approuve pas sa conduite. Un drame scelle la discussion issue cruelle qui aurait pu être évitée. Aussi quand le père et la mère se retrouvent de nouveau, transparaît l’impression d’un terrible gâchis, celui de personnages qui n’ont pas su se parler.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)