sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Angel de François Ozon
Avec : Romola Garai, Lucy Russell, Michael Fassbender, Sam Neill

Adaptation d’un roman publié par Elisabeth Taylor en 1957, Angel raconte l’ascension fulgurante mais contrariée d’une jeune romancière sans grand talent dans l’Angleterre du début du XXième siècle. Fille d’une épicière, Angel Deverell rêve de gloire et de célébrité. Elle écrit en secret des romans et parvient à convaincre un éditeur de la publier. Malgré les critiques acerbes, Lady Irania trouve son public et impose la jeune romancière. Angel enchaîne les succès mais rêve désormais de rencontrer l’âme sœur…

François Ozon joue habilement du décalage entre l’œuvre et la vie de son héroïne. Son succès ne repose en rien sur ses talents d’écriture mais sur son imagination, sa capacité à émouvoir le plus large public avec des histoires à l’eau de rose (adultères, étreintes passionnées, accouchements dans la douleur…) qu’elle n’a jamais vécues.

Comme son mari peintre maudit, c’est une artiste ratée. Imparable argument de mélodrame mais si François Ozon se revendique volontiers de Douglas Sirk sur le fond, la mise en scène du film épouse par un cruel effet d’ironie l’esthétisme pompier des romans d’Angel, entre reconstitution désuette et transparences d’un autre âge. Kitsch à souhait, le film ne trouve jamais la bonne distance entre l’héroïne et son époque. Réapparaît alors une tendance lourde du cinéma d’Ozon, le mépris du cinéaste pour ses personnages féminins, à l’exception de ceux interprétés par Charlotte Rampling, toujours rayonnante même dans ce mélodrame académique.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)