sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Le Vieux jardin de Im Sang-soo
Avec : Yum Jung-ha, Jin-hee Ji, Hee Seok-Yoon, Yu-li Kim

Après la Révolution

Le Vieux Jardin débute exactement là où se finissait The President’s Last Bang, précédent film de Im Sang-soo. Après l’assassinat du dictateur Park, la Corée du sud aspire à plus de liberté. Un vent d’espoir traverse le pays jusqu’au massacre de Kwangju. Les autorités assiègent la ville aux mains des étudiants. Bilan officiel, 200 morts, des milliers d’arrestation arbitraires. Parmi eux Hyun-woo, détenu pendant seize ans. A sa sortie de prison, il retrouve ses proches ou anciens camarades de lutte. Tous se remettent difficilement de la fin de leurs utopies. Aussi, Hyun-woo commence un étrange pèlerinage qui l’emmène vers une vieille maison abandonnée à la recherche de la femme qui l’a protégée au plus fort de la répression…

Au cours d’un banquet, un ami de Hyun-woo explique que la vie est longue et la Révolution courte. Cette formule indique très clairement dans quel état d’esprit se trouvent ces quadragénaires idéalistes en plein désarroi. Ils attendent désormais la mort sans illusions parce qu’ils n’ont plus rien à espérer de la vie. Im Sang-soo prend le contre-pied du mythe de l’ancien combattant : les personnages célèbrent leurs camarades disparus sans enthousiasme. L’un d’entre eux dépose une fleur devant chaque stèle du monument aux morts. Un autre évoque devant Hyun-woo le destin tragique de la femme de leur ami Kun, devenue folle à force d’attendre le retour de son mari. Sorti de prison, ce dernier garde de graves séquelles neurologiques de son passage derrière les barreaux.

La société a oublié ses martyrs mais cela n’a guère d’importance pour Hyun-woo. La libération marque la fin de l’engagement politique. Il parcourt la Corée à la recherche d’un amour qui le hante. Professeur, artiste, Yoo-hee avait accepté de le protéger et s’était liée à lui. Elle n’adhérait pourtant pas à ses idéaux car elle savait qu’ils mèneraient son amant en prison. Le mélodrame se teinte ici de mélancolie, d’une poésie de l’absence poignante. Yoon-he, Hyun-woo et leur fille ne peuvent plus se revoir mais cela n’a plus d’importance pour Im Sang-soo qui les réunit malgré tout dans un dernier plan de toute beauté.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)