sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


A l'intérieur de Julien Maury et Alexandre Bustillo
Avec : Alysson Paradis, Béatrice Dalle, Nathalie Roussel, Nicolas Duvauchel

L’enfant gore

Sarah avait tout la vie devant elle : mariage, famille, reconnaissance de son travail de photographe. Mais tout s’écroule par une banale matinée pluvieuse où sa vie dérape. Accident de voiture. Si le père de son enfant meurt sur le coup, les médecins parviennent à sauver la jeune femme et son bébé. Désormais, Sarah souffre en silence et attend l’accouchement prévu le jour de Noël. Mais elle reçoit la veille une étrange visite. Une femme mystérieuse, toute vêtue de noir s’introduit de force chez elle, bien décidée à lui prendre cet enfant qu’elle porte encore pour quelques heures…

Beaucoup de tentatives pour sortir le cinéma de genre français de l’ornière, peu de réussites et beaucoup d’échecs. Anciens de Mad Movies, Alexandre Bustillo et Julien Maury montrent avec ce premier film marquant qu’ils ont parfaitement assimilés les figures du genre. De Lucio Fulci à Sam Raimi, A l’intérieur récite ses classiques mais impose malgré tout sa patte. Le film se distingue par son extrême violence, le mot viscéral prenant ici tout son sens.

Pourtant, les deux cinéastes ne se contentent pas de jouer la surenchère gore. La violence permet de développer la relation ambiguë qui se noue autour de ces deux héroïnes. Sarah veut-elle vivre et garder son enfant ? Quelle est l’identité de sa mystérieuse invitée ? L’horreur se teinte ici d'une mélancolie tenace et présente des les premières minutes. La pluie se mêle aux gouttes de sang et quand Sarah reprend ses esprits, elle a déjà compris qu’elle a tout perdu.

Evidemment, ce premier film n’est pas exempt de tout reproche. Certaines scènes manquent de lisibilité, certains rôles auraient gagnés à être plus étoffés. Mais à aucun moment, les deux auteurs ne dévient de la ligne qu’ils se sont fixés. Cette tragédie moderne se termine sur un meurtre sauvage suivi d’une scène mémorable qui donne toute sa signification à ce film si singulier.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)