sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Time Code de Mike Figgis
Avec : Salma Hayek, Saffron Burrows, Jeanne Tripplehorn, Stellan Skarsgard
Impossible de ne pas penser à Robert Altman à la projection du dernier film du réalisateur de Leaving Las Vegas. A la manière de The Player, Time Code se veut une peinture au vitriol de Holywood et de ses mœurs. En temps réel, les caméras suivent les destinées croisées de divers personnages, du producteur dragueur à l’actrice aux dents longues en passant par les policiers, les masseurs…

Si Time Code fait parler de lui, ce n’est pas à cause de son étrange parenté avec les films d’Altman (plutôt à la décharge de Mike Figgis), c’est évidemment à cause de ses mises en images. Le metteur en scène épouse le point de vue de quatre caméras simultanément. Le spectateur peut alors suivre l’action sous quatre angles de vue (écran découpée en quatre parties). La prise en main de l’intrigue reste simple et instantanée mais ce procédé de narration affiche assez vite ses limites. En effet, Mike Figgis n’insiste que sur un seul des cadres à la fois, il guide le spectateur en ne lui proposant du son
« discernable » que dans une des parties de l’écran à la fois. Cela constitue une perte de liberté et enlève une grande part d’originalité au récit, surtout que Mike Figgis s’intéresse plus aux scènes d’amour ou à des séquences pour lesquelles il n’y a pas vraiment besoin de son, au détriment des dialogues entre personnages. Malgré cela, le spectateur conserve assez de liberté pour apprécier à sa juste valeur, cet objet étrange et terriblement fascinant.

NB : Diffusé en V.O., la traduction de Time Code souffre du découpage du film. En clair, on ne lit que les sous titres d’un cadre à la fois. Anglais recommendé pour apprécier toutes les dialogues et facettes du film.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)