sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


The Bubble de Eytan Fox
Avec : Ohad Knoller, Alon Friedman, Yousef Swaid, Daniela Wircer

Tel Aviv. D’un côté le bord de mer, horizon bouché par d’imposants complexes touristiques, de l’autre les territoires occupés et leur quotidien d’humiliations et de fanatisme. Malgré le cycle infernal de violence et de représailles, la jeunesse israélienne ne se laisse pas abattre et aspire toujours à mener une vie normale. Ainsi, Noam, Yali et Lulu partagent le même appartement mais aussi les mêmes joies et déceptions. De retour du service militaire, Noam présente à ses amis Ashraf, un palestinien originaire de Naplouse. Ils se sont rencontrés à un barrage de l’armée israélienne et ne veulent plus se quitter…

La bulle du titre désigne Tel Aviv, ville laïque par opposition à Jerusalem la sacrée, échappatoire pour toute une jeunesse éprise de liberté et fatiguée par des décennies de conflit absurde comme en témoigne la scène d’ouverture percutante. Malheureusement, The Bubble dévie bien vite et emprunte le ton d’un sitcom américaine bien consensuelle, façon Friends. Ses héros, tous gays, imposent une vision ahurissante, peu représentative de la société israélienne où même les soldats d’élite revendiquent leur homosexualité. Eytan Fox confond humanisme et militantisme puéril, le mélange des genres culmine avec la pièce de théâtre qui raconte l’idylle de deux prisonniers d’Auschwitz.

Il se dégage à contrario une certaine justesse dans la partie tournée en Palestine avant que la morale bien pensante du film ne se déploie dans les territoires occupés. Les palestiniens du film sont soit des homosexuels soit des extrémistes fanatiques. Comme dans Paradise Now, les kamikazes ont toujours une bonne raison de se faire sauter. La haine du juif et l’endoctrinement n’ont rien à y voir. De toute manière, il suffit qu’un personnage perde l’usage de ses jambes dans un attentat pour rétablir la balance des douleurs, autant de petits arrangements qui plombent le film malgré quelques bonnes idées de mise en scène.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)