sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Le Film Décrypté : Mark Dixon, détective de Otto Preminger
Avec : Dana Andrews, Gene Tierney, Gary Merril, Bert Freed

Une sombre histoire

Mark Dixon est sur la sellette. A la prochaine erreur, il sera définitivement déclassé par sa hiérarchie new-yorkaise. Ses supérieurs lui reprochent en effet ses méthodes personnelles, en particulier les bagarres avec les truands que le détective côtoie au fil des ses enquêtes. Les malfrats connaissent tous le lourd héritage laissé par le père de Dixon, un parrain notoire de la pègre et n’hésitent jamais à le lui rappeler, surtout un certain Tommy Scalise. Ce truand gère des tripots clandestins. Au cours d’une partie illégale, un de ses hommes de main Payne tue un joueur trop chanceux. Arrivée trop tard sur les lieux, la police ne dispose d’aucun élément. Envoyé interroger Payne à son domicile, Mark Dixon tue accidentellement le principal suspect après une violente dispute, mettant en péril sa propre carrière…

Otto Preminger reforme le duo du mythique Laura Gene Tierney – Dana Andrews pour ce polar méconnu mais particulièrement efficace. L’acteur incarne un détective torturé le passé criminel de son père. Mark Dixon s’est mis du côté de la loi pour redorer l’honneur familial. Pourtant au premier sérieux accrochage, il doit utiliser les méthodes de la pègre. Acculé de toutes parts, le privé maquille la mort de Payne. Il espère ainsi faire tomber Scalise mais la machine policière s’emballe. Ses supérieurs accusent le père de Morgan, femme de Payne dont Dixon tombe amoureux…

Otto Preminger souligne le cruel dilemme de son héros en jouant sur le cadre impeccable et une lumière complexe. De nombreux gros plans viennent trahir sur le visage de Gene Tierney la mauvaise conscience de Dixon. Dans un premier temps, il joue le jeu et laisse ses confrères se faire abuser par des preuves matérielles trop évidentes. En dernier recours, il sera pourtant prêt à risquer sa vie pour sauver son honneur et mourir en policier quitte à renoncer à l’amour.

La réussite du film tient dans la capacité de Otto Preminger de juxtaposer à l’intrigue policière un mélodrame poignant par sa simplicité. Pas de coups tordus ou de trahison dans cette sombre histoire mais un homme perdu sur le long chemin qui mène à la vérité, un homme fragile mais courageux auquel Otto Preminger offre la plus belle des rédemptions.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)