sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


La Vengeance dans la peau de Paul Greengrass
Avec : Matt Damon, Julia Stiles, David Strathairn, Joan Allen, Edgar Ramirez

Seul contre tous

Malgré la mort des commanditaires du meurtre de la femme de sa vie, Marie Kreutz, Jason Bourne n’a toujours pas trouvé le repos. Au contraire, de terribles images lui reviennent à l’esprit, courtes scènes où il discute avec des officiels avant d’être torturé dans une base secrète de l’armée américaine.

Un article de presse relance les spéculations. Journaliste au Guardian, expert en renseignement, Simon Ross écrit des articles sur de mystérieux projets de sécurité des services secrets américains. L’homme affirme en outre connaître la véritable identité de Jason Bourne. Il n’aura pas le temps de livrer ses secrets, l’ex-agent secret ne pouvant empêcher l'assassinat du journaliste. Livré à lui-même, Jason Bourne n’a plus guère le choix et se lance dans une nouvelle lutte à mort à la recherche de la vérité sur son identité, une vérité qui dérange et que certains sont prêts à tout pour ne jamais révéler…

La Vengeance dans la peau fonctionne comme une suite directe de La Mort dans la peau et la première scène d’action dans les rues de Moscou rappelle la course poursuite berlinoise du film précédent. Une fois rappelé le meurtre de Marie et la trahison d’Abbot, Paul Greengrass déroule progressivement un film d’action percutant doublé d’un thriller politique de haut vol. Le cinéaste insuffle une dimension géopolitique plus contemporaine à la saga en décrivant une époque où les agences de renseignement toutes puissantes se montrent peu scrupuleuses avec la liberté des citoyens qu’elles sont censées protéger.

Quelque part, le film illustre le combat d’un individu confronté à une administration tentaculaire, capable d’espionner le moindre mouvement, d’exploiter le moindre coup de téléphone de ses cibles comme l’illustre la scène magistrale tournée dans la gare de Waterloo. Ce combat à priori inégal tourne pourtant à l’avantage du héros. Jason connaît les combines de l’agence de renseignement. Surtout, il se déplace beaucoup plus rapidement d’un point à l’autre de la planète que la machine bureaucratique et militaire lancée à sa poursuite. Epousant ce point de vue, Paul Grenngrass signe un film sans temps mort, porté par un Matt Damon époustouflant. L’acteur peaufine encore un peu plus sa composition d’agent invincible vu de l’extérieur malgré ses nombreuses blessures intérieures. Sans surprise, sa quête d’identité le mènera là où tout a commencé, là où l’homme s’efface devant l’agent devenant la proie de ses propres démons.

J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)