sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Le Mariage de Tuya de Wang Quan'an
Avec : Yu Nan, Bater, Sen'ge, Zhaya

Le monde perdu

Dans les vastes plaines de Mongolie, la nouvelle s’est propagée à toute vitesse. Les hommes viennent de toute la région pour répondre à l’annonce. Fatiguée par la dureté des travaux aux champs, usée par des douleurs au dos, Tuya cherche un mari. Mais l’heureux élu devra assumer la charge de Bater, l’ancien mari, handicapé après un accident aux champs et que Tuya ne veut abandonner à aucun prix…

Tout comme Jia Zhang-Ke, Wang Quan'an filme un monde voué à disparaître, sauf que l’univers de Tuya s’efface de lui-même. Les hommes n’ont plus d’influence sur ces paysages lunaires d’un autre âge : ils utilisent toujours des chameaux pour garder le bétail. Le cinéaste noie progressivement son mélodrame, masqué par la parabole politique. Ainsi dans un premier temps, Tuya s’apprête à abandonner son mari pour un nouveau riche, personnage à travers lequel Wang Quan'an, lucide, observe les dérives de la Chine contemporaine.

Maladroit, souvent ivre, un autre prétendant, Senge s’accroche pour conquérir Tuya et apporte une touche comique au film. L’héroïne de Wang Quan'an passe son temps à le dépanner. Les acteurs sont remarquables, surtout Yu Nan dans le rôle titre. Femme forte et responsable, elle ne cherche qu’à préserver l’unité de sa famille. L’acteur qui joue son mari n’est pas en reste. Il souffre en silence d’une part parce qu’il sent qu’il représente un fardeau, d’autre part parce qu’il assiste impuissant à la ronde des prétendants. Son désespoir éclate le temps de quelques scènes courtes mais poignantes où se lit toute la détresse des habitants de ce monde en sursis.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)