sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Jurassic Park 3 de Joe Johnston
Avec : Sam Neil, Tea Leoni, William H. Macy, Mickael Jeter, Alessandro Nivola, Trevor Morgan
Quand Steven Spielberg adapta le roman de Mickael Crichton en 1993, tout le monde s'attendait à un spectacle hors du commun. Hélas, incapable de tenir ses promesses, le film s'apparentait à une vaste production mercantile avec des dinosaures numériques aussi inexpressifs que les pierres du crétacé supérieur.
La séquelle qui s'en suivit ne fit que confirmer cette terrible impression:le réalisateur de E.T. , trop occupé à engrager des millions se plantait une nouvelle fois en jouant la surenchère. Tout ceci pour dire que jusqu'à présent le potentiel de l'oeuvre de Mickael Crichton a largement été sous exploité...

Pour ce troisième épisode, Spielberg dont l'emploi du temps est surchargé passe la main: il n'est plus crédité au générique qu'en qualité de producteur. Il laisse la réalisation à Joe Johnston, un des vieux de la vielle des studios I.L.M., déjà responsable du très impressionant Jumanji. Sa chance, ce dernier ne va pas laisser passer. A cet égard, Jurassic Park 3 reste un film plutôt travaillé, en tout cas mieux story boardé. Evidemment, le scénario n'est qu'un prétexte pour envoyer une bande d'individus se fairez dévorer sur une île aux habitants pour le moins hostiles. Malgré un canevas aussi peu original, le film impressionne, surtout que les séquences mettant en scène les dinosaures sont mieux pensées. Ces derniers sont les vrais vedettes, d'ailleurs le réalisateur expédie la présentation des personnages en un quart d'heure. A côté des traditionnels raptors, le spectateur pourra découvrir le très dangereux Spinosaure et surtout de magnifiques ptérodactyles dont l'interaction avec le décor est prodigieuse.

Enfin, le film effectue un retour aux sources plutôt convaicant. Tout d'abord, on retrouve le personnage interprêté par Sam Neil, et en clin d'oeil d'autres personnages du premier volet. Surtout, Jurassic Park 3, tient plus du film d'aventures des années 50 que du nanar bête et méchant genre Godzilla. Finalement, cela fait pas mal de raisons pour se laisser tenter...
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)