sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Le Sortilège du Scorpion de Jade de Woody Allen
Avec : Woody Allen, Helen Hunt, Dan Aykroyd, David Ogden Stiers
Dans son dernier film, Woody Allen incarne C.W. Briggs, un brillant détective au service d'une puissante compagnie d'assurances, la North Coast. Vétéran admiré par ses collègues, il se chamaille en permanence avec Betty Ann Fitzgerald, sa supérieure hiérarchique chargée de moderniser les structures de l'entreprise et qui ne peut supporter ses méthodes d'investigations à l'ancienne. Au cours d'un spectacle de cabaret, les deux comparses se prêtent au jeu d'un tour de magie, le Sortilège du Scorpion de Jade. Ils ignorent qu'ils ont été conditionnés pour commettre sous hypnose des vols visant les riches clients de la North Coast...

Au premier abord, le Sortilège du Scorpion de Jade déçoit par la routine qu'il inspire. Dans le New York des années 40, et sur un air de jazz, Woody Allen joue de nouveau un personnage obsessionnel toujours dépassé par les évènements. Mais, contrairement à son précédent opus, le film démarre à un train de sénateur et les effets dévastateurs de la bande annonce se font sentir avec insistance (Dans un film de Woody Allen, elle dévoile généralement les meilleurs répliques...).

Mais notre homme possède des ressources insoupçonnées. Helen Hunt, tout d’abord, une actrice qui semble désormais se spécialiser dans les rôles où elle tient tête aux hommes (après Dr T et les femmes ou Ce que veulent les femmes...). Ses faces à faces avec Allen constituent les meilleurs morceaux de cette comédie policière, rythmée par les atermoiements de son héroïne. Mais là où Woody Allen se révèle très adroit, c'est dans la mise en scène de sa propre vieillesse, thème central du film via les multiples disputes entre Briggs et Fitzgerald. Comme Briggs, mis en concurrence avec un cabinet de détectives privé, le réalisateur de Radiodays doute de ses capacités avant bien sûr de nous prouver crescendo qu'il reste avant tout une spécificité à lui tout seul du cinéma américain. Quoiqu'il en soit, il résulte de ce film charnière dans sa filmographie, une comédie délicieuse et subtile.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)