sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Silence... On tourne ! de Youssef Chahine
Avec : Latifa, Ahmed Bédeir, Ahmed Wafik, Magda El Khattib, Zaki Abdel Wahad
Sur le point de divorcer, l’actrice chanteuse Malak tombe sous le charme d’un certain Lamey qui se dit psychanalyste. Il s’agit en fait d’une sorte de gigolo qui compte bien utiliser la jeune femme pour percer dans le monde du Show-biz. Bientôt sous son influence, Malak se sent de moins en moins concernée par son travail. Sa famille et ses proches (réalisateur, scénariste…) mettent au point un stratagème pour confondre l’imposteur…

On connaît la chanson.

Silence… On tourne marque une pause dans la carrière de celui qui incarne le cinéma égyptien depuis près d’un demi-siècle. A l’instar de Shoei Imamura, Youssef Chahine a décidé lui aussi de s’amuser un petit peu, le temps d’une comédie nettement moins sérieuse que ses films précédents. L’intrigue de Silence… On tourne est cousue de fils blancs mais le film procure un plaisir constant compte tenu du savoir-faire du maître égyptien. Même si le film s’articule autour des images et des faux-semblants, Chahine se livre à une description pittoresque mais attachante de sa patrie, en tous cas nettement plus réaliste et sincère que celle de Mira Nair dans le Mariage des Moussons. Sans compter les multiples numéros chantés ou dansés et la présence de la radieuse Latifa dans le rôle principal.

Dans Silence… On tourne, Youssef Chahine s’ingénie à nous prouver que c’est à nous d’aller de l’avant pour chercher notre bonheur. Inutile de préciser que cette belle leçon d’humanisme mérite largement le détour.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)