sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Time and Tide de Tsui Hark
Avec : Nicholas Tse, Wu Bai, Anthony Wong, Joventino Couto Remotigue, Candy Lo, Cathy Chui
A la base de Time and Tide se trouve un pêché originel celui d’une nuit d’ivresse au cours de laquelle Tyler couche avec Jo, une femme flic lesbienne. Ils se retrouvent neuf mois plus tard pour constater que la jeune femme enceinte va mettre au monde un enfant dont Tyler est vraisemblablement le père. Rejeté par Jo, le barman culpabilise et décide de l’aider financièrement. Il trouve ainsi un emploi de garde du corps. Au cours de sa mission qui consiste à protéger un chef de triade, il rencontre Jack, un ancien mercenaire avec lequel il sympathise. Mais les anciens associés de ce dernier sont bien résolus à éliminer le patron de Tyler ainsi que sa fille enceinte qui n’est autre que la femme de Jack…

Vertiges de l'action.

Après ses expériences Hollywoodiennes sans grand succès avec Vandamme, Tsui Hark revient au pays pour un polar explosif. Time and Tide fascine par le travail de déstructuration que le réalisateur initie autour de ses propres images. Le scénario apparaît ici un alibi, le prétexte à un déluge de morceaux de bravoures insensés et enchaînés à un rythme diabolique. Au centre du film, on peut assister à un face à face, revolver contre revolver, figure quasi imposée du polar asiatique. Chez un certain John Woo, on pourrait s’attendre à un lâcher de colombes, mais nous sommes chez Tsui Hark et les armes ne parlent pas, elles tirent, comme le répète un des protagonistes ! Dans le même genre d’idées, citons cette relecture de la Génèse en point d ‘entrée qui replace le film d’emblée dans un contexte de série noire particulièrement délirant.

Bien sûr, à force de furie, Tsui Hark perd le spectateur dans les recoins d’un scénario tiré par les cheveux, un spectateur qui peut légitimement s’interroger sur certaines séquences assez irréalistes. Néanmoins, Tsui Hark ne conçoit ici la mise en scène que comme une fuite en avant perpétuelle. Le choc des images passé, et à la faveur de multiples visionnages, nul doute que ce brillant exercice de style, devrait gagner ses galons de film culte…

J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)