sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre de Alain Chabat
Avec : Gérard Depardieu, Christian Clavier, Jamel Debbouze, Monica Bellucci, Alain Chabat
Réalisateur surprise mais reconnu de l’incroyable Didier où il jouait le rôle d’un chien, Alain Chabat revient à la réalisation aux commandes du plus gros budget du cinéma français pour l’adaptation d’un des monuments de la culture populaire française. Autant dire que tout le monde l’attend au tournant…

Au cours d’une discussion houleuse, César nargue la reine Cléopâtre en invoquant la possible décadence de la civilisation égyptienne. En réponse, cette dernière ordonne la construction d’un immense palais dont elle confie la construction à Numerobis. Mais ce dernier ne possède que trois mois et doit subir les attaques de son rival, le vil Amonbonfis, si bien qu’il décide de se rendre en Gaulle pour demander de l’aide aux irréductibles gaulois…

Mission Cléopâtre entérine de fait la mort de ce fameux esprit Canal, la marque de fabrique de la chaîne cryptée, ce qui constitue ses limites. On y retrouve tous les comiques maison, obligés à force de restructuration de s’exiler dans le cinéma français. Aussi, le réalisateur tombe vite dans le piège de construire son film comme une succession de scènes censés mettre en valeur chacun des comiques, ce qui le rend très inégal (l'humour maison semble par moments avoir mal vieilli). Difficile en effet de supporter le cabotinage initial du trio Djamel/Darmon/Baer (surtout ce dernier). Et que dire de l’infâme Christian Clavier toujours aussi lamentable de film en film…

Néanmoins, Alain Chabat se montre fidèle à l’égard de la bande dessinée dont il conserve l’atmosphère tout le remettant au goût du jour en faisant appel à son propre univers, ce qui vaut quelques scènes mémorables comme les apparitions de Dieudonné ou de Isabelle Nanty. En outre, le film dispense un nombre incalculable de gags, certains très codés et qui risquent de passer inaperçus lors d’une première vision. Bref, Alain Chabat, réussit son pari en imposant une grosse comédie populaire plutôt agréable, mais soyons clairs, qui ne révolutionnera pas le cinéma français !!!

J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)