sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


L'Oiseau au Plumage de Cristal de Dario Argento
Avec : Tony Musante, Susy Kendall, Eva Renzi, Enrico Maria Salerno, Mario Adorf, Umberto Raho
Fenêtres sur Cours.

En voyage à Rome, un écrivain américain est le témoin d’une tentative de meurtre dans une galerie d’art. Interrogé par le commissaire Morrosini, il ne peut livrer une version complète des faits parce qu’il n’arrive pas à se rappeler d’un infime détail pourtant majeur. Peu après d’autres meurtres se produisent et le jeune touriste, persuadé qu’ils sont liés, décide de mener sa propre enquête…

Même si c’est le premier film de Dario Argento, L’oiseau au plumage de cristal aborde déjà la majorité des thèmes chers au maître. Le générique donne le ton avec le point de vue de l’assassin et le fétichisme assumé de l’auteur. Viendront ensuite le thème du tableau stimulant la folie meurtrière et une description oppressante des villes, berceau de la dégénérescence de l’humanité (via une virée dans de sordides ruelles vers la fin…)

Mais le film se révèle épatant dans le jeu auquel se livre Dario Argento. Le réalisateur essaie de faire douter le spectateur de la réalité qu’il lui montre. L’intrigue repose sur un détail mal perçu par les témoins, le spectateur inclus. Seule une reconstitution de cette scène initiale permettra de résoudre l’énigme, un procédé à l’efficacité redoutable qui sera plagié à maintes reprises mais sans la maîtrise technique du maître…

Mais pour un coup d’essai, Dario Argento livre déjà une oeuvre mémorable et visionnaire dans sa représentation de la violence contemporaine ordinaire.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)