sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Goblin, la Musique adoucit les Meurtres. de G.V.
Avec : Autour du groupe Goblin
Le nom de Goblin est indissociable de celui d'Argento, car il faut bien le dire, hormis les bandes originales composées pour les réalisations et les productions du réalisateur italien, le groupe n'a rien produit de mémorable, comme si ces films étaient leur unique source d'inspiration, le déclencheur de leur créativité. Tout commence avec Profondo Rosso, après la trilogie de gialli accompagnée par la musique de l'immense Ennio Morricone. Ce dernier, en plus de ces mélodies douces, avait déjà ajouté une touche funk, à la Schiffrin, à ses compositions. La musique de Profondo Rosso, coécrite par Goblin et Gaslini, est avant tout constituée d'un thème baroque et mémorable, ayant probablement inspiré le non moins mythique thème d'Halloween, de John Carpenter. Mais ce qui marque aussi, ce sont des délires funk rythmés accompagnant les meurtres particulièrement violents. Finalement, après le suspense insoutenable créé avant l'arrivée du meurtrier par le silence ou la musique enfantine, cette explosion musicale est comme un soulagement, même si on est alors persuadé de l'issue fatale de la scène. Si certains trouveront que le genre de musique ne colle pas à la scène, il est pourtant difficile d'imaginer aujourd'hui ces mêmes scènes avec une musique différente.Impossible, même.

Sur Suspiria, Goblin revient à de la musique plus traditionnelle pour un film, bien que fortement électronique. L'utilisation d'instruments traditionnels supplémentaires donnent un cachet inimitable à cette musique, qui reste toujours aussi moderne lorqu'on l'écoute aujourd'hui. Le groupe joue de manière générale toujours sur un contraste entre les basses (très lourdes et graves, souvent rapides) et les sons stridents, les notes de clavier aiguës du claviériste et leader Claudio Simonetti.

Par la suite, Goblin s'essaie à plusieurs genres : le disco baroque pour Ténèbres, le rock progressif pour Phenomena, style qu'ils garderont pour NonHoSonno, dont la musique paraît certes vieillotte pour le commun des mortels, mais qui donne des les premières images un grand frisson de bonheur à tous les fans. D'ailleurs, en ce qui me concerne, le thème du film, que je connaissais avant d'aller voir le film, m'est resté en tête en boucle 24h après la séance ! Bref, leurs compositions ne sont pas cultes uniquement parce que les films d'Argento le sont, mais parce que ces musiciens savent créer des thèmes tonitruants absolument inoubliables. D'ailleurs, ce sont peut-être les seuls musiques de films dont il existe un grand nombre de remix techno et de versions live !
G.V. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)