sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


3 Zéros de Fabien Onteniente
Avec : Gérard Lanvin, Samuel Le Bihan, Lorant Deutsch, Gérard Darmon, Isabelle Nanty…
Les fous du stade.

Véritable prodige du football, Tibor Kovacs purge une peine de prison à Fleury Mérogis. Il y rencontre Manu, un autre détenu qui décide de l’aider à intégrer un grand club. Sitôt libéré, Manu devient l‘impresario de Tibor et se rend au Brésil pour demander de l’aide à Alain Colona, célèbre technicien du championnat français à la carrière brisée par une affaire de corruption. Tibor sort à son tour de prison et intègre le PSG où il devient l’enjeu de lourdes tractations financières…

Le football en tant que spectacle envahit les journaux , la télévision et maintenant les salles obscures. Le sport n’intéresse Fabien Oteniente que par ses dérives, certaines déjà mis en exergue par les médias. Si le film se montre particulièrement réaliste (scènes au Stade de France, utilisation des infrastructures et joueurs du PSG), il ne peut éviter le piège de la fascination envers un système qu’il entend critiquer. On retrouve un des travers du réalisateur de Jet Set, qui, on le sent, aimerait bien faire partie de ce monde.

Néanmoins, il faut rendre à César ce qui appartient à César et saluer cette comédie française bien plus subtile que prévue, tant la critique y est bien plus acerbe que de coutume. 3 Zéros égratigne le milieu du foot business avec ses contrats et mariages bidons, ses matchs truqués, les indemnités de transferts illicites… Certaines personnalités en prennent vraiment pour leur grade comme Nicolas Anelka, caricaturé sans ménagement par un Stomy Bugsy plus vrai que nature et certains présidents de clubs (enfin le personnage du président du PSG évoque plutôt celui de l’OM que celui du club de la capitale mais en écrivant ceci, je sens que je vais me faire des amis !!!). Enfin, le réalisateur n’oublie pas les supporters, ceux qui restent avant tout l’âme de ce sport avec l’équipe d’amatrices menée par Isabelle Nanty, ce qui amène les meilleurs scènes d’une comédie comme on aimerait en voir plus souvent dans le cinéma français.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)