sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Femme Fatale de Brian de Palma
Avec : Rebecca Romijn-Stamos, Antonio Banderas, Peter Coyote, Gregg Henry, Thierry Frémont
Elle est belle, blonde et terriblement vénéneuse. Elle s’appelle Laure Ash et double ses complices lors d’un spectaculaire braquage en pleine projection du festival de Cannes. La femme fatale se rend ensuite à Paris chez une amie qui peut l’aider à écouler son butin, des pierres précieuses. Accesoirement, elle usurpe l’identité d’un sosie parfait suicidaire et s‘embarque pour les Etats-Unis. Elle se retrouve sept ans plus tard en couverture des journaux people français, au bras de l’ambassadeur américain en poste à Paris, phographiée par un mystétérieux paparazzi, une aubaine pour ses anciens complices abusés et fraîchement sortis de prison…

Femme Fatale s’apparente plus film au film d’un réalisateur en roue libre, libéré de toute contrainte financière qu’à un superbe exercice de style. Le réalisateur de l’Impasse construit un savant puzzle dont les pièces s’agencent petit à petit au propre comme au figuré puisqu’il s’agit d’une des activités principales du personnage incarné par Antonio Banderas. Brian de Palma met une fois de plus en image les mêmes obsessions, voyeurisme, femme vénale et manipulatrice qui s’accomode particulièrement d’un scénario à rebondissements particulièrement tortueux

Malheureusement, le film a bien du mal à tenir ses promesses, et certains choix artistiques finissent par agacer. Le film renvoie immédiatement à Mulholland Drive, Femme Fatale n’en serait qu’une version hybride à l’esthétique vulgaire et à la narration volontairement incohérente. Femme Fatale fourmille d’idées (l’ouverture avec l’extrait de Assurance sur la Mort, le rayon de soleil qui révèle la soulution de l’énigme…), mais ses partis pris de mise en scène tape à l’œil finissent par ne plus amuser que de Palma lui même.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)