sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Memento Mori de Kim Tae-Yong et Min Kyu-Dong
Avec : Kim Min-sue, Park Yeh-jin, Lee Young-jin, Kim Min-hee, Gong Hyo-jin
Les petites filles modèles

Derrière ce titre énigmatique, se cache un film d’adolescents complètement atypique. Fini, la bonhommie d’un American Pie ou le cynisme d’un Fausse Rumeurs, Memento Mori cherche avant tout à capter la noirceur des écolières coréennes. Dans un lycée de jeunes filles, éclatent au grand jour, les rivalités et autres non dits, prenant principalement pour cible Shi-Eun et Hyoshin. Quand cette dernière meurt mystérieusement, l’ambiance se détériore sensiblement et bascule irrémédiablement vers l’hystérie, voire l’irrationnel…

Memento Mori fonctionne sur un schéma simple et efficace, la remise en cause permanente de schémas sociaux ou artistiques que l’on pensait bien établis. Les réalisateurs n’épargnent pas le modèle éducatif local voué à l’uniformisation des mœurs et au culte de la compétition. A cet égard, le film n’hésite pas à montrer comment ces jeunes filles sont obsédés par leur corps, ce dernier étant finalement le premier lieu de compétition, souvent le motif de base de leur violentes disputes. Surtout, il faut impérativement gommer toute pulsion suicidaire ou érotique qui va à l’encontre du modèle. On pense à Virgin Suicides dans l’évocation de ces pulsions mal contenues, qui ne peuvent éclore que dans la violence de sentiments exarcerbés.

Mais, Memento Mori reste avant tout l’évocation d’une troublante histoire d’amour, entre deux jeunes filles que tout oppose au reste du groupe. Son impact est renforcée par la construction en flashbacks qui mélange les différentes temporalités. A l’image des écolières à fleur de peau, le film suit alors un chemin accidenté qui le mène à la lisière du fantastique, reflet des errements des jeunes filles. Dommage alors que les réalisateurs perdent par la même occasion la maîtrise de leur film, le final verse dans le grand guignol( Godzilla ?!) et s’éternise lourdement. Mais, Memento Mori a déjà distillé son atmosphère troublante et vénéneuse terriblement efficace…

J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)